ESCOFFIER René, Jean, Désiré

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 16 septembre 1906 à Villarembert, arrondissement de Saint Jean de Maurienne (Savoie) ; dessinateur puis cadre à l’usine Dunlop de Montluçon (Allier) ; secrétaire de la section du syndicat CGT des techniciens des produits chimiques 1944-1945 ; membre de la commission exécutive fédérale ; cogérant technicien du Comité de gestion de l’usine Dunlop 1944-1946 ; syndicaliste Force Ouvrière, délégué du personnel et délégué au Comité d’Établissement 1948-1970 ; conseiller municipal SFIO de la ville de Montluçon en 1959 et 1965.

René Escoffier travailla comme cadre au service AMTS de l’usine Dunlop de Montluçon. Au congrès de l’Union départementale d’octobre 1938, il est désigné par l’UL de Montluçon à la commission administrative de l’UD CGT chargé de la propagande. Le 26 novembre 1938, il fut élu conseiller prud’hommes au premier tour et secrétaire adjoint du syndicat CGT de l’usine Dunlop de Montluçon en janvier 1939. Membre du Comité Social de Dunlop de 1943 à juin 1944. À la Libération, il poursuit ses activités syndicales en tant que membre du comité intersyndical CGT des Ingénieurs et Cadres supérieurs puis secrétaire de la section du syndicat CGT des techniciens des produits chimiques en 1945. Il fut désigné comme cogérant technicien du Comité de gestion de Dunlop de septembre 1944 à août 1946. Le Comité d’établissement succéda au Comité de gestion, René Escoffier fut élu dans le 2e collège. Il fut réélu au conseil des prudhommes (catégorie industrie, 6 janvier 1946). René Escoffier appartint à la commission exécutive fédérale de la chimie composée de soixante membres. Au moment de la scission, il fit parti avec Stromenger et Raphanel des trois départs vers Force Ouvrière. C’est à l’unanimité, y compris les voix d’Escoffier et Raphanel, que la résolution sur l’unité syndicale fut adoptée. Il se présenta aux élections sous l’étiquette F.O. au C.E. et aux élections de délégué du personnel dans le collège cadres ingénieurs où il fut élu jusqu’en 1970. Il habita 24 rue Emile Zola, il épousa une couturière, Rosalie Dumas, dont il eut un fils Robert qui fut aussi militant FO de Dunlop Montluçon. René Escoffier fut élu conseiller municipal de Montluçon sur la liste SFIO conduite par Jean Nègre le 15 mars 1959 et le 14 mars 1965 où il devint 2e adjoint.
Robert Escoffier était sans doute son fils.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197061, notice ESCOFFIER René, Jean, Désiré par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 15 novembre 2017, dernière modification le 7 janvier 2021.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch. IHS CGT de l’Allier : archives du syndicat CGT de Dunlop. Des moments d’histoire… FNIC CGT, VO Éditions,1995, p.97.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément