PIQUET Eugène, Jean, Marie

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 6 novembre 1901 à Sérent (Morbihan), exécuté sommairement le 14 juillet 1944 à Sérent ; cultivateur ; FFI.

Eugène Piquet
Eugène Piquet
SOURCE : Joseph Jégo, 1939-1945
Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux

Eugène Piquet était le fils de Jean Marie Piquet, décédé, et de Renée Marie Emerand, cultivatrice à la Ville-Pierre en Sérent (Morbiahn). Il avait épousé Angèle Jeanne Marie David. Le couple exploitait une ferme au Bois Mainguy en Sérent.

Eugène Piquet fit partie des cultivateurs qui dans le secteur de Sérent-Saint-Marcel-Plumelec acceptèrent de cacher des dépôts d’armes, de munitions et de matériel après les avoir transportés depuis les zones de parachutage. Après l’attaque en force le 18 juin 1944 du camp de Saint-Marcel, où des centaines de combattants des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et des Francs-tireurs et partisans français avaient été rassemblés, armés et formés par les parachutistes SAS (Special air service ) de la France libre, parachutistes et maquisards furent contraints de se replier et de se disperser. Après cette dispersion, la Feldgendarmerie, la Wehrmacht appuyée par de nombreux détachements de soldats russes, géorgiens et ukrainiens rassemblés dans les « unités de l’Est », les agents de l’Abwher (service de renseignements de la Wehrmacht) et du SD (Sicherheitsdienst-Service de sécurité de la SS), ainsi que les agents français de la FAT 354 (Front Aufklärung Truppe) et les miliciens bretons du Bezen Perrot, se lancèrent dans une traque implacable des parachutistes SAS, des FFI-FTPF, de leurs dépôts d’armes, et de tous ceux qui les hébergeaient et les ravitaillaient. Rafles, arrestations, tortures, et exécutions sans jugement de SAS et de résistants, incendies de fermes, pillages et massacres de civils se multiplièrent dans tout le département du Morbihan.

Le 12 juillet 1944, des miliciens de la FAT surprirent et exécutèrent à son PC de Kérihuel en Sérent le capitaine SAS Pierre Marienne, qui portait sur lui la liste des dépôts d’armes. Conduits par l’agent Munoz, vêtu d’un uniforme de parachutiste SAS, ils firent le tour des dépôts. Le 14 juillet 1944, ils se firent passer auprès d’Eugène Piquet pour des résistants voulant mettre les armes à l’abri. Ce dernier, sans méfiance, les amena au dépôt. Il fut aussitôt capturé par des Allemands en uniforme qui le martyrisèrent, lui fracassèrent la tête et les membres à coups de pelle, et l’achevèrent d’une balle au cœur.
Son corps fut découvert le 24 juillet 1944 au lieu-dit Rohéan en Sérent.

Il a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI. Le titre d’Interné-résistant lui a été attribué à titre posthume.

Le nom d’Eugène Piquet est inscrit sur la liste « Résistants » du monument aux morts 1939-1945 de Sérent.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197170, notice PIQUET Eugène, Jean, Marie par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 21 novembre 2017, dernière modification le 14 février 2022.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Eugène Piquet
Eugène Piquet
SOURCE : Joseph Jégo, 1939-1945
Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux
Sur le monument aux morts 1939-1945 </br>de Sérent
Sur le monument aux morts 1939-1945
de Sérent
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 130 918 — SHD, Vincennes, GR 16 P 479907. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — Mémorial GenWeb. — État civil, Sérent (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément