FIALA Gottlieb

Par Georges Haupt

Né le 14 octobre 1891 à Trebitsch (Bohême) ; mort le 28 décembre 1970 à Vienne ; cordonnier ; militant syndicaliste ; dirigeant communiste.

Né dans un milieu modeste, G. Fiala arriva tout jeune à Vienne, venant de Bohême, pour apprendre le métier de cordonnier. Alors qu’il était encore apprenti, il organisa une grève contre l’école professionnelle obligatoire du dimanche. Dès la fin de son apprentissage, il commença à militer au syndicat des cordonniers. Pendant la première guerre mondiale, il fut fait prisonnier sur le front russe. Enthousiasmé par la révolution de 1917, il s’engagea dans l’Armée rouge. A son retour de Russie soviétique, il adhéra au Parti communiste d’Autriche et, à partir de 1923, fit partie de son Comité directeur. Il fut élu en 1924, lors du Ve congrès de l’internationale communiste, au Comité exécutif de l’I.C. où il siégea jusqu’en 1928.
Responsable de l’activité révolutionnaire dans l’armée, éditeur du journal Rote Hilfe (Le Secours rouge), il fut en 1925 arrêté et condamné à quelques mois de prison pour agitation antimilitariste. En 1927, il fut, pour une brève période, le second de Koplenig à la tête du P.C. autrichien et constitua avec lui une sorte de « groupe-tampon » entre les deux fractions qui se heurtaient violemment. Toutefois, au Xe congrès du P.C. autrichien, en février 1929, il exprima son désaccord avec la tactique du Komintern sur la question de la guerre et demanda l’intensification de l’activité révolutionnaire parmi les soldats. Ouvrier dans une fabrique de chaussures où il remplit pendant de longues années la fonction de président du comité d’entreprise, il fut, après 1934, dirigeant du syndicat clandestin des ouvriers du cuir et de la chaussure. Au lendemain de la libération, il reprit place dans l’équipe dirigeante du Parti communiste. Dès avril 1945, il prit une part active à la reconstitution de la Fédération des syndicats autrichiens dont il devint l’un des vice-présidents. En octobre 1950, après l’échec de la grève générale organisée par le Parti communiste, il fut démis de ses fonctions. Ainsi prit fin la direction tripartite de la Fédération des syndicats autrichiens.
G. Fiala siégea au « Bundesrat » (Conseil fédéral) de 1949 à 1954 et le P.C. en fit son candidat en 1951 aux premières élections présidentielles autrichiennes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197418, notice FIALA Gottlieb par Georges Haupt, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 6 novembre 2018.

Par Georges Haupt

SOURCES : Herbert Steiner, Die Kommunistische Partei Œsterreichs von 1918 bis 1933. Bibliographische Bemerkungen (Le Parti communiste d’Autriche de 1918 à 1933. Remarques bibliographiques), Vienne, 1968. — Menschen des Volkes. Biographien (Hommes du peuple. Biographies). Editions du parti communiste autrichien, Vienne, 1945.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément