FREI Bruno. Pseudonyme de FREISTADT Benedikt

Par Georges Haupt

Né le II juin 1897 à Bratislava (Slovaquie) ; journaliste et écrivain communiste.

Issu d’une famille juive modeste, B. Freistadt parvint au prix de grands efforts à faire des études secondaires et supérieures et obtint son doctorat de philosophie à l’Université de Vienne en 1922. Alors qu’il était étudiant, il adhéra au Parti social-démocrate où il milita à l’aile gauche, sympathisant avec le Parti communiste. Correspondant à Berlin du journal socialiste viennois Abend (Le Soir) de 1922 à 1925, il en fut le rédacteur en chef jusqu’en 1929. Auteur de plusieurs ouvrages de reportage, il fit paraître en 1927 son récit sur les révoltes des marins de Cattaro qui eut un certain retentissement ; il fut un collaborateur permanent de la célèbre revue berlinoise Die Weltbühne (La Scène mondiale). En 1929, il publia un reportage enthousiaste sur son voyage en U.R.S.S. Willi Münzenberg le fit venir à Berlin cette même année et lui confia la rédaction en chef du quotidien Berlin am Morgen (Berlin le matin). Contraint d’émigrer après l’avènement de Hitler, d’abord à Prague puis à Paris, il joua un rôle important dans la vie politique de l’émigration allemande et adhéra au Parti communiste allemand en 1934. En 1933, il fonda avec Willi Münzenberg et Alexander Abusch le journal antifasciste Der Gegenangriff (La Contre-attaque) dont il devint rédacteur en chef en 1935. Collaborateur très proche de Willi Münzenberg, il prit part à la rédaction du fameux Livre brun contre le régime nazi. En 1936, il participa à ses côtés à la création à Paris d’un Bureau d’information antifasciste et fut avec Heinrich Mann, Rudolf Breitscheid et Max Braun l’éditeur du bulletin du Front populaire Deutsche Informationen qui parut également en français sous le titre Nouvelles d’Allemagne. Il fut aussi le rédacteur en chef de la Deutsche Volkszeitung (en sous-titre : La Voix du peuple allemand) qui parut à Paris en mars 1939. Il écrivait dans l’émigration sous le pseudonyme de Karl Franz.
Arrêté par les autorités françaises en 1939, interné au camp du Vernet, épisode qui lui fournit la matière de son livre Les Hommes du Vernet, il parvint, après l’occupation de la France par les troupes hitlériennes, à gagner le Mexique en 1941. A Mexico, il réunit autour de lui un groupe d’émigrés autrichiens et publia le bulletin Austria Libre. De retour en Autriche en 1947, il reprit son activité de journaliste et de publiciste. Il devint le rédacteur en chef du quotidien communiste Der Abend (Le Soir), puis il fut pendant plusieurs années correspondant en Chine populaire de la Volksstimme (La Voix du peuple). En 1959, il commença à éditer à Vienne la revue Das Tagebuch. En 1968, lors de la grande crise que traversa le parti autrichien à la suite des événements de Tchécoslovaquie, il se désolidarisa d’avec la rédaction du Tagebuch gui soutenait le « printemps de Prague » et condamnait l’intervention. Frei est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages à caractère documentaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197429, notice FREI Bruno. Pseudonyme de FREISTADT Benedikt par Georges Haupt, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 14 novembre 2018.

Par Georges Haupt

ŒUVRES : Jüdisches Elend in Wien (La misère des Juifs à Vienne), 1920, 95 p. — Das Elend Wiens (La misère de Vienne), Vienne, 1921, 148 p. — Im Lande der fluchenden Rabbis u. hungerden Bauern (Au pays des rabbins qui jurent et des paysans affamés), Vienne, 1926. — Die Roten Matrosen von Cattaro (Les marins rouges de Cattaro), Vienne, 1927, 84 p. Im Lande der roten Macht (Au pays du pouvoir rouge), Vienne, 1929, 116 p. — Wie Hitler zur Macht kam (Comment Hitler est venu au pouvoir), 1933. — Was geht in Deutschland vor ? (Que se passe-t-il en Allemagne ?), Paris, 1936, 32 p. — Mit eigenen Augen (De mes propres yeux), 1955, — Frühling in Vienam (Printemps au Vietnam), Vienne, 1959. — Carl von Ossietzky, Ritter ohne Furcht und Tadel (Chevalier sans peur et sans reproche), Berlin, 1966, — Israel zwischen den Fronten (Israël entre les fronts), Vienne, 1968.

SOURCES : Lexikon sozialistischer-deutscher Literatur von den Anfängen bis 1945 (Dictionnaire de littérature socialiste allemande des débuts à 1945), Halle, 1963. — Istvan Deak, Weimar Germany’s Left wing Intellectuals. A political History of the Weltbühne and its circle (Les Intellectuels de gauche de l’Allemagne de Weimar. Histoire politique de la Weltbühne et de son cercle), University of California Press, 1968, Kurt R. Grossmann, Emigration. Die Geschichte der Hitlerflûchilinge 1933-1945 (Emigration. L’histoire des réfugiés de Hitler) Francfort-sur-le-Main, 1969. — Ursula Langkau-Alex, « Deutsche Emigrationspresse » (La Presse de l’émigration allemande), International Review of Social History, vol. XV, 1970, no. 2, pp. 167-201.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément