FÜRNBERG Friedl (Siegfried)

Par Georges Haupt

Né le 16 mai 1902 à Vienne ; secrétaire de l’internationale des Jeunesses communistes de 1926 à 1932 ; secrétaire du Parti communiste de 1945 à aujourd’hui.

A l’âge de seize ans, alors qu’il était encore au lycée, Fürnberg adhéra au Parti social-démocrate qu’il quitta au printemps de 1919 pour rejoindre le Parti communiste. Après avoir suivi quelques cours à l’École technique supérieure, il abandonna ses études pour se consacrer entièrement à l’activité militante. Membre de la direction des Jeunesses communistes d’Autriche, il fut appelé à Moscou en 1926 pour occuper le poste de secrétaire de l’internationale des jeunesses communistes. Membre du Comité central du P.C. autrichien depuis 1924, il continua parallèlement à jouer un grand rôle dans la vie intérieure de ce parti, représentant la position officielle du Komintern dans la lutte des fractions. Rentré en Autriche en 1932, il fut nommé secrétaire de l’organisation viennoise du P. C., qu’il réussit à adapter aux conditions de la clandestinité à laquelle son parti fut astreint en 1933. Ce fut lui qui avec Honner établit en 1934 le front d’unité avec les socialistes révolutionnaires. Il milita à cette époque sous le pseudonyme de Ludwig Hofkirchner. Le 25 janvier 1935, il fut arrêté lors d’une entrevue avec ces derniers et condamné lors du procès des socialistes révolutionnaires en mars 1936 à deux ans de prison. Envoyé au camp de concentration de Wollersdorf, il parvint à s’évader avec Honner le 20 octobre 1936, Il se rendit d’abord en Tchécoslovaquie, puis en U.R.S.S. où il travailla dans la presse, et, après le déclenchement de la guerre, à la radio. En 1944, il fut parachuté avec Honner en Yougoslavie où ils formèrent le bataillon autrichien de la liberté avec lequel ils rentrèrent à Vienne le 20 avril 1945. Il appartint dès lors sans interruption à la direction du parti en tant que membre du Bureau politique et secrétaire du Comité central. Il resta dans toutes les circonstances le représentant de l’orthodoxie et de la fidélité à l’Union soviétique. L’entrée des troupes du pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie en août 1968 provoqua des discussions et des affrontements au sein du P.C. autrichien. Après la démission de plusieurs membres du Bureau politique Fürnberg effectua la « reprise en main » du parti. A ce moment-là, il occupa également le poste de rédacteur en chef de la Volksstimme (La Voix du peuple) après la démission de F. West->197768], son précédent rédacteur. Idéologue officiel du parti, il est l’auteur de nombreux articles, notamment sur l’histoire de son parti.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197438, notice FÜRNBERG Friedl (Siegfried) par Georges Haupt, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 14 novembre 2018.

Par Georges Haupt

ŒUVRES : Der Bauer über die Sowjetunion (Ce que pense le paysan de l’Union soviétique), Berlin, Cari Hoym, 1931. — Dreissig Jahre Sowjetmacht (Trente ans de pouvoir des soviets), Vienne, Sternverlag, 1947. — Der Ausweg, aus eigener Kraft (S’en sortir tout seul), Vienne, Sterverlag, 1948. — Zum Programm der Partei (Contribution au programme du Parti), Vienne, édité par le Parti communiste autrichien, 1948. — Im Kampf für ein soziales Œsterreich (Dans la lutte pour une Autriche sociale) tirage à part, 1952. — Tatsachen gegen Lägen (Des faits contre des mensonges), Comité central du Parti communiste autrichien, 1952. — An die sozialistischen Arbeiter (Aux travailleurs socialistes), Vienne, édité par le Parti communiste autrichien, 1953. — Die nationale Frage in Œsterreich nach Abschluss des Staatsvertrages (La question nationale en Autriche après la conclusion du traité d’Etat), Vienne, édité par le Parti communiste autrichien, 1955. — Fünfzig Jahre. Die Sozialistische Oktoberrevolution in Œsterreich (Cinquante ans. La révolution socialiste d’Octobre en Autriche), Vienne 1967.

SOURCES : Menschen des Volkes. Biographien (Les Hommes du peuple. Biographies des candidats du P.C. autrichien aux élections de 1945), Vienne, K.P.CE. 1945. — Walter Wisshaupt, Wir kommen wieder !... (Nous reviendrons !...) Vienne, 1967.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément