LEMBERGER Ernst

Par Félix Kreissler

Né te 9 juillet 1906, Militant socialiste. Diplomate.

Le père, Adolf Lemberger, était membre du comité directeur du syndicat des employés de commerce ; sa mère fut conseillère d’arrondissement du Parti social-démocrate à Vienne. Son grand-père, Wilhelm Wiesberg, fut compositeur de chansons populaires. Ernst Lemberger fréquenta d’abord l’école primaire, puis le lycée et commença ses études de droit en 1925. Promu docteur en droit en janvier 1930, il fut un membre actif de la « Légion académique » (section universitaire du « Schutzbund » républicain).
Avocat stagiaire de 1931 à 1935 dans l’étude de Carl et Heinrich Ornstein, avocats de plusieurs syndicats autrichiens, il dut émigrer en France en raison de sa participation active aux luttes de février 1934. Emigré politique, il travailla de 1935 à 1939 dans une agence de voyages à Paris et fut en étroits contacts avec les dirigeants S.F.I.O. de l’époque (Blum, Bracke). Engagé volontaire pour la durée de la guerre dans le cadre de la Légion étrangère, il fut d’abord envoyé sur les théâtres d’opérations de guerre en Europe, puis en Algérie. Démobilisé en octobre 1940 à Toulouse, il dut bientôt se réfugier à Carmaux en raison de son opposition au régime de Pétain (janvier 1941). Il travailla comme mineur et entra dès lors en contact avec la Résistance.
Membre du groupe Veny, mouvement de résistance socialiste dans le Tarn et l’Aveyron, de 1942 à août 1944, il prit une part active à la libération du Sud-Ouest de la France et fut nommé commandant. En août 1944, il prit contact avec Vincent Auriol à Toulouse, puis, au cours d’un voyage à Paris, avec le secrétaire général d’alors de la S.F.I.O., Daniel Mayer ; à la même époque, il rencontra Oscar Pollak et Carl Czernetz, dirigeants des sociaux-démocrates autrichiens à l’étranger. C’est alors que fut décidé, avec l’accord de ces derniers et l’aide des Américains et de l’éditeur Fritz Molden, son voyage clandestin à Vienne, occupée par les Allemands (janvier-février 1945), voyage au cours duquel il prit contact avec les dirigeants clandestins de la Résistance autrichienne, et en particulier avec le Dr Adolf Schârf, futur président de la République. De retour à Paris en mars 1945, il présenta un rapport au général de Gaulle et à plusieurs membres du gouvernement anglais.
Rentré à Vienne en mai 1945, il fut chargé, par les dirigeants socialistes d’alors, de missions auprès de Léon Blum, Attlee et Bevin. En août et septembre 1945, il organisa, en Suède et en Suisse, l’acheminement de l’aide de ces pays à l’Autriche. Il eut alors des contacts avec Bruno Kreisky et les sociaux-démocrates suédois, Peer Alwin Hannson, Myrdahl et Nilson. De novembre 1945 à janvier 1946, il fut rédacteur en chef du Bulletin d’information, Sozialistische Korrespondenz. Entré dans le service diplomatique, il fut, de 1946 à 1948, secrétaire de légation à Paris, puis en août 1948 délégué de l’Autriche à la conférence danubienne à Belgrade. A partir de décembre 1948, il occupa de nombreux postes diplomatiques à Bruxelles et Luxembourg (1958-1965) auprès de la C.E.E. et de l’Euratom et devint ambassadeur d’Autriche à Washington (1965-1969) et à Paris, depuis juillet 1969.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197556, notice LEMBERGER Ernst par Félix Kreissler, version mise en ligne le 28 novembre 2017, dernière modification le 13 mars 2019.

Par Félix Kreissler

SOURCES : Notice autobiographique.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément