PODLIPNIG Josef [actuellement Josef MOLL]

Né le 21 juin 1902 à Klagenfurt ; autodidacte ; ancien élève de l’Arbeiterhochschule (Université populaire), destinée à former les cadres du Parti ; rédacteur du Kärntner Volksblatt, l’hebdomadaire social-démocrate de Klagenfurt, Josef Podlipnig devint, en février 1934, directeur de l’organisation des Socialistes révolutionnaires pour la Carinthie.
Arrêté une première fois, il parla, lors de son procès, des « assassins en habit » et, sur question du juge, précisa qu’il entendait par là « les membres du gouvernement et leurs suppôts », ce qui lui valut un nouveau chef d’inculpation. Podlipnig avait fait consciemment cet éclat pour sortir la classe ouvrière de la démoralisation où l’avait plongée le comportement de certains chefs du Parti qui, dès le lendemain de l’insurrection, étaient passés du côté de Dollfuss et avaient dénoncé aux autorités gouvernementales les cachettes d’armes et les lieux prévus pour le rassemblement du « Schutzbund ». Cependant, circonspect et réfléchi, Podlipnig ne voulut pas se lancer dans des actions aventureuses et isolées.
Interné depuis le 22 juillet 1934 au camp de Wœllersdorf, il fut relâché la même année après les fêtes de Noël et coopté au Comité central des Socialistes révolutionnaires au début de 1935. Vigoureux, il y apparut tout de suite comme une forte personnalité politique. Il n’appréciait pas ce qu’il appelait l’esprit de soumission des communistes à des directives parfois inopportunes parce que prises loin du terrain d’application et trop sujettes à de brusques « tournants ». La politique d’unité décidée par le VIIe congrès de l’internationale communiste lui paraissait dictée par des raisons de pure tactique. Il fit semblant d’y adhérer afin de démontrer le caractère factice, selon lui, des déclarations de principe, caractère qui apparaîtrait quand on en viendrait aux propositions concrètes d’action commune. Il s’opposa ainsi, avec une certaine efficacité, à ce qu’il estimait être une « infiltration communiste dans le parti socialiste ».
En juin 1935, il se rendit à Linz, puis à Graz pour y ranimer l’action clandestine. Emprisonné de nouveau de juin 1936 à juillet 1937, il fut encore arrêté en novembre 1937. Il réussit finalement à s’enfuir en France d’où il put gagner les États-Unis en 1940. Par mesure de sécurité, il se fit appeler Joseph Moll. En 1971, il vivait de nouveau à Klagenfurt sous ce nouveau nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197619, notice PODLIPNIG Josef [actuellement Josef MOLL], version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 26 mars 2019.

ŒUVRE : Articles dans plusieurs publications socialistes.

SOURCES : Témoignages de Joseph Buttinger et de Josef Moll.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément