RAUSCHER Franz

Né le 30 juillet 1900 à Vienne ; cheminot ; membre du Comité central des « Socialistes révolutionnaires » (1934) ; député socialiste ; directeur du Musée économique et social.

D’origine paysanne, le père de Franz Rauscher était cheminot. Après avoir fréquenté l’école primaire, Franz apprit le métier d’ajusteur mécanicien, suivit avec succès un enseignement post-scolaire, s’inscrivit aux cours du soir de l’École de commerce pendant deux ans. A partir de 1919, il travailla aux chemins de fer fédéraux. Il assuma des responsabilités au syndicat des cheminots et se montra un organisateur efficace. En 1926, il obtint six mois de congé pour suivre les cours de la première promotion de l’Université ouvrière de Vienne fondée par le Parti social-démocrate. Ses efforts d’autodidacte et son travail acharné firent de lui un intellectuel. Disciple et collaborateur du philosophe Otto Neurath, il fut, de 1928 à 1934, directeur de l’école centrale de Vienne du Parti social-démocrate. En 1932, l’administration des chemins de fer le mit à la retraite anticipée à titre de sanction. L’année suivante, il prit la direction du Jungfront (Front des Jeunes) en Basse-Autriche.
Après le 12 février 1934, Franz Rauscher fit l’objet d’un mandat d’arrêt. Il parvint à s’échapper et joua un rôle important dans la lutte clandestine. En mars 1934, il fut coopté au groupe central dès cinq qui devint peu de temps après le Comité central provisoire des Socialistes révolutionnaires. Il assuma une tâche difficile d’organisateur au titre de Landesreferent (rapporteur provincial), c’est-à-dire de responsable des liaisons avec les provinces d’Autriche. Arrêté le 18 octobre 1934, il fut l’un des accusés du grand procès des socialistes révolutionnaires en mars 1936 et condamné à dix mois de prison.
Au lendemain de l’Anschluss, le 13 mars 1938, il fut arrêté par la Gestapo et subit un interrogatoire pendant plusieurs jours. Relâché, il fut à nouveau arrêté en 1939 et déporté au camp de concentration de Buchenwald. En 1944, il fut transféré au camp de Lublin, puis à celui de Jamnitz. Après un nouveau transfert en janvier 1945 a Stadtroda près de Iéna, il s’enfuit avec de faux papiers et, au début du mois d’avril, se rendit à Salzbourg et entreprit une activité de résistance en Autriche occidentale.
A la libération, il participa à la reconstruction du Parti socialiste, puis se consacra aux coopératives de consommation et aux syndicats. Député au « Nationalrat » (Conseil national) de novembre 1945 à 1949, il fut, du 28 mars 1946 au 11 janvier 1947, secrétaire d’État à la sauvegarde du patrimoine et à la planification économique. En 1947, il fut nommé professeur à l’école, des syndicats de Vienne. Après la reconstruction du Musée économique et social jadis fondé et dirigé par son professeur Otto Neurath, Rauscher fut chargé de la direction de cette institution d’éducation populaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197641, notice RAUSCHER Franz, version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 27 mars 2019.

SOURCES ; J. Buttinger, Le Précédent autrichien, Paris, Gallimard, 1956, 564 p. — Walter Wisshaupt, Wir kommem wieder !... (Nous reviendrons !...) Vienne, 1967.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément