SAILER Karl-Hans

Par Georges Haupt

Né et mort à Vienne : 15 octobre 1900 - 23 octobre 1957 ; journaliste socialiste ; président du Comité central clandestin des Socialistes Révolutionnaires ; rédacteur en chef adjoint de l’Arbeiter-Zeitung.

Fils d’un petit hôtelier membre du Parti social-démocrate, Sailer connut une enfance difficile. Ses parents, au prix de grands sacrifices, lui assurèrent une éducation secondaire. Dès le lycée, il commença à militer dans l’organisation des Jeunesses socialistes. A dix-huit ans, il décida de faire du journalisme et il fut l’élève de Karl Leuthner, un des rédacteurs les plus cultivés de l’Arbeiter-Zeitung (Journal des Travailleurs).
Avec Rosa Jochmann, Ernst Winkler, Karl Maisel, Franz Rauscher, il fit partie en 1926 de la première promotion de l’Université ouvrière 014 il suivit les cours d’Otto Bauer, Karl Renner, Max Adler. Puis il entra à la rédaction du Kleines Blait (Le Petit Journal) nouvellement fondé par Julius Baunthal et, deux ans plus tard, à celle de l’Arbeiter Zeilung ; il y fut attaché tout d’abord à la rubrique judiciaire, puis, peu avant la période cruciale de 1934, à la rubrique politique. Le 12 février 1934, il chercha à établir le contact entre Vienne et les unités du « Schutzbund » (Ligue de protection républicaine) de Linz et de Styrie. Ce fut la première action clandestine qu’il mena en liaison avec Otto Leichter et Oscar Pollak. Il participa dès lors aux efforts d’organisation socialiste clandestine et fit partie du Groupe central des cinq qui devint en mars le Comité central provisoire des socialistes révolutionnaires dont il fut élu président le 21 mars 1934, après l’arrestation d’Ackermann. Pendant un an, il s’adonna à ces fonctions et à ces tâches difficiles. Il rédigea le journal des Socialistes Révolutionnaires Révolution, écrivit des articles sous le pseudonyme de Albrecht Heinze, composa des tracts et assuma la direction politique du mouvement clandestin. Partisan de l’unité prolétarienne, il chercha à établir un front commun avec les communistes, efforts qui aboutirent à la création d’un Comité central d’action commune. Lors de l’entrevue avec les dirigeants communistes Honner et Fürnberg, il fut arrêté le 27 janvier 1935. Il fut incarcéré pendant treize mois avant de comparaître les 16-21 mars 1936 devant le tribunal comme l’un des principaux accusés du grand procès des Socialistes Révolutionnaires. Condamné à vingt mois de prison, il fut libéré par anticipation en juin 1936. Après sa libération, il se vit refuser sa réintégration au Comité central des socialistes révolutionnaires. Des divergences profondes au sujet de la collaboration avec les communistes et sur la question syndicale l’opposèrent à son président, Buttinger. Dès lors, il travailla à la direction du Secours ouvrier socialiste. En 1937, devant la menace hitlérienne, Sailer demanda que soit constitué un front antifasciste et préconisa une tentative d’entente avec le gouvernement Schuschnigg dans une alliance contre Hitler. Le jour même de l’Anchluss, le 12 mars 1938, il émigra à Paris où il fut membre de la représentation à l’étranger des socialistes autrichiens. Après la débâcle, il quitta la France pour les États-Unis et débarqua en septembre 1940 à New York. Il y fut l’un des dirigeants de l’émigration socialiste autrichienne et édita avec Otto Leichter le journal Austrian Labor Information. Avec une interruption d’un an et demi au Proche Orient, il vécut à New York jusqu’en 1946. A son retour à Vienne, il reprit ses activités à l’Arbeiter-Zeitung où il seconda Oscar Pollak à la direction jusqu’en 1957. Il mourut après une longue maladie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197676, notice SAILER Karl-Hans par Georges Haupt, version mise en ligne le 23 avril 2019, dernière modification le 9 avril 2019.

Par Georges Haupt

ŒUVRES : Articles dans Austrian Labor Information, New York, 1942-1945. — Arbeiter-Zeitung, Mussolini Dollfuss, Geheimer Briefwechsel, Vienne, 1949.

SOURCES : Otto Leichter, Zwischen zwei Diktaturen. Œsterreichs Revolutionäre Sozialisten, 1934-1938 (Entre deux dictatures. Les Socialistes révolutionnaires autrichiens, 1934-1938). — J. Buttinger, Le Précédent autrichien, Paris, Gallimard, 1956, 564 p. — Walter Wisshaupt, Wir kommem wieder !... (Nous reviendrons !...), Vienne, 1967.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément