PAQUOT Charles, Ernest

Par Claude Delasselle

Né le 7 janvier 1912, exécuté le 9 juillet 1944 à Charentenay (Yonne) ; coiffeur ; résistant de l’ORA.

Charles Paquot était coiffeur à Auxerre. Bien que d’opinion communiste, il s’engagea au printemps 1944 au sein de l’ORA, en compagnie de deux de ses amis auxerrois, Gaston Martin et Pierre Bureau et rejoignit comme eux, début juin 1944, le maquis Chevalier, créé et commandé par François de Montaudouin et installé en bordure de la forêt de Fretoy, près du hameau des Champs-Gras, sur la commune de Mailly-le-Château.
Début juillet, il était venu en permission à Auxerre en compagnie de ses deux camarades. Le 9 juillet, les trois hommes roulaient en vélo sur la route conduisant de Val-de-Mercy à Bazarnes, de retour vers leur maquis, lorsqu’ils furent interceptés par une patrouille allemande. Ce même jour en effet, une vaste opération menée depuis l’aube par une troupe nombreuse de soldats allemands et de miliciens français visait à attaquer le maquis de la Souille, installé dans les bois de la commune de Charentenay. La malchance voulut que les trois hommes de l’ORA passent ce jour-là dans les environs. Un milicien français les reconnut et les dénonça comme résistants aux Allemands. Les trois hommes furent frappés sauvagement puis abattus. Leurs corps furent d’abord inhumés au cimetière de Bazarnes puis exhumés en septembre 1944 et ramenés à Auxerre ; Charles Paquot, qui était athée, eut des obsèques civiles tandis que Pierre Bureau et Gaston Martin eurent des obsèques religieuses qui attirèrent une foule considérable.
Le nom de Charles Ernest Paquot figure sur le monument aux morts d’Auxerre et sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre. Il figure également sur la stèle érigée sur la commune de Bazarnes à la mémoire de tous les morts de l’attaque du 9 juillet 1944.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197809, notice PAQUOT Charles, Ernest par Claude Delasselle, version mise en ligne le 30 novembre 2017, dernière modification le 30 novembre 2017.

Par Claude Delasselle

SOURCES : Robert Bailly, La Croix de Saint-André, Éd. ANACR-Yonne, 1983. — CDrom La Résistance dans l’Yonne, ARORY-AERI, 2004 (Claude Delasselle, notice Attaque du maquis de la Souille). — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément