BERTHO Jean, Marie

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 27 août 1930 à Guégon (Morbihan), abattu le 20 juin 1944 à Guégon ; victime civile.

Jean Bertho
Jean Bertho
SOURCE  : Joseph Jégo, 1939-1945 Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux

Jean Bertho était le fils d’Alexis Bénoni Marie Bertho et d’Anne Célestine Marie Blondel, cultivateurs à Guégon (Morbihan).

Le 18 juin 1944, le camp de Saint-Marcel (Morbihan), où étaient stationnés un peu plus de deux mille combattants des forces françaises de l’intérieur (FFI) encadrés par deux cents parachutistes du 4e SAS (Special air service) de la France libre, fut attaqué en force par la Wehrmacht. Après avoir livré combat durant toute la journée en infligeant de lourdes pertes aux troupes allemandes, parachutistes SAS et FFI-FTPF se replièrent en bon ordre et se dispersèrent. Après cette dispersion, la Feldgendarmerie, la Wehrmacht appuyée par de nombreux détachements de soldats russes, géorgiens et ukrainiens rassemblés dans les « unités de l’Est », les agents de l’Abwher (service de renseignements de la Wehrmacht) et du SD (Sicherheitsdienst-Service de sécurité de la SS), ainsi que les agents français de la FAT 354 (Front Aufklärung Truppe) et les miliciens bretons du Bezen Perrot, se lancèrent dans une traque implacable des parachutistes SAS, des FFI-FTPF, de leurs dépôts d’armes, et de tous ceux qui les hébergeaient et les ravitaillaient. Rafles, arrestations, tortures, et exécutions sans jugement de SAS et de résistants, incendies de fermes, pillages et massacres de civils se multiplièrent dans tout le département du Morbihan.
Le 20 juin 1944, un groupe de parachutistes SAS aux ordres du sous-lieutenant Roger de La Grandière, qui se repliait en direction de Pontivy (Morbihan), fit une halte dans la ferme de la famille Mounier au village de Boccabois en Guégon (Morbihan). À court d’essence, contraints d’abandonner leurs jeeps, trempés, affamés, ils demandèrent à se restaurer et à prendre un peu de repos dans le grenier à foin. Les Allemands cantonnés à Josselin, renseignés sur la présence de parachutistes investirent le secteur. Jean Bertho qui circulait à bicyclette fut abattu à la sortie du bourg de Guégon.

Jean Bertho a obtenu la mention « Mort pour la France ».

Dans le Morbihan, à Guégon, le nom Jean Bertho est inscrit sur le monument commémoratif de Boccabois et sur le monument aux morts communal.
À Auray, il figure sur la plaque « Guerre 1939-1945 » du monument aux morts communal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197833, notice BERTHO Jean, Marie par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 2 décembre 2017, dernière modification le 8 janvier 2022.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Jean Bertho
Jean Bertho
SOURCE  : Joseph Jégo, 1939-1945 Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux
Sur la stèle de Boccabois en Guégon
Sur la stèle de Boccabois en Guégon
Sur le monument aux morts de Guégon
Sur le monument aux morts de Guégon
Sur le monument aux morts d'Auray
Sur le monument aux morts d’Auray
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : Arch. Dép. Morbihan, 2 W 11 308. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — Joseph Jégo, 1939-1945 Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux, Imprimerie La Limitrophe, 1991. — René Le Guénic, Les Maquisards chez nous en 1944 et Morbihan, Mémorial de la Résistance (photo), Imprimerie Basse Bretagne, Quéven, 2013. — Mémorial GenWeb. — " Lieux mémoriels en Morbihan-Guégon ", dossier en ligne sur le site Internet Les Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État-civil, Guégon (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément