HOSSENLOPP Joseph

Par Jacques Girault

Né le 26 décembre 1903 à Guebviller (Haut-Rhin), mort le 24 octobre 1969 à Strasbourg (Haut-Rhin) ; principal de collège ; militant syndical (SGEN) ; membre de la CAPN ; conseiller municipal de Sarrebourg (Moselle).

, bientôt Fils d’un instituteur de religion catholique, Joseph Hossenlopp obtint l’ « abitur » au collège épiscopal de Zillisheim, proche de Mulhouse (Haut-Rhin). Étudiant à la faculté des lettres de Grenoble, il termina sa licence (option « Philosophie ») en 1925 et un diplôme d’études supérieures de philosophie en 1928, alors qu’il accomplissait son service militaire comme sous-lieutenant. Il se maria en août 1929 à Mulhouse avec la fille d’un épicier. Le couple eut six enfants.

Henri Hossenlopp fut professeur délégué au collège classique de Saint-Claude (Jura) en octobre 1930. Il demanda sa mutation pour se rapprocher de l’Alsace et pouvoir enseigner la philosophie. Il obtint un poste au collège de Montbéliard (Doubs) en 1932, mais continua à enseigner les lettres. Après avoir renouvelé son souhait, il put enseigner la philosophie au collège d’Altkirch (Haut-Rhin) à partir de 1’année scolaire 1935-1936.

Après avoir été mobilisé d’août 1939 à juillet 1940 avec le grade de lieutenant, il reprit son enseignement et manifesta des sentiments pro-français à la différence de certains membres de sa famille.

Cette raison lui permit d’être choisi comme principal du collège de Sarrebourg à partir d’octobre 1945. Inscrit sur la liste d’aptitude pour devenir censeur en 1950, il désirait, depuis 1952, se rapprocher de Strasbourg pour que ses enfants, bientôt étudiants, puissent poursuivre leurs études supérieures dans des conditions compatibles avec ses revenus. Il fut nommé principal du collège mixte qui s’ouvrit en octobre 1954 à Molsheim dans la banlieue de Strasbourg. Mais apprenant cette mutation, les autorités administratives et les parents d’élèves protestèrent et entamèrent des démarches pour conserver ce principal afin qu’il puisse terminer les extensions qu’il avait projetées : des travaux et la création d’un internat.

Membre du Mouvement républicain populaire, élu conseiller municipal en 1947 et en 1953, Joseph Hossenlopp était dans une situation délicate lors du vote du vœu du conseil municipal du 5 août 1954, pour qu’il soit maintenu à son poste, car selon la délibération, il avait « su, par son activité personnelle, créer entre les élèves un esprit de travail d’équipe dont l’efficacité s’est révélée aux examens ». Il démissionna du conseil municipal le 25 octobre 1954 et, lors de sa réunion le 14 décembre, dans une délibération, les élus indiquaient garder « le meilleur souvenir de cet infatigable collègue », réponse au message d’adieu de l’ancien édile.

Joseph Hossenlopp siégeait au titre du Syndicat général de l’Éducation nationale de 1955 à 1961 à la commission administrative paritaire nationale du personnel de l’administration.

A la tête du collège de Molsheim, il fut très actif. Aussi fut-il promu proviseur en 1967, quand fut créée une nouvelle catégorie dans ce cadre.

Joseph Hossenlopp fut maire « centriste » de Molsheim de 1966 à son décès. Son nom fut donné à un gymnase de la ville.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197847, notice HOSSENLOPP Joseph par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 décembre 2017, dernière modification le 6 juillet 2021.

Par Jacques Girault

ICONOGRAPHIE : Les conseillers municipaux en 1947. Hossenlopp, premier en partant de la gauche au dernier rang avec des lunettes.

SOURCES : Arch. Nat., F17 17795, 29843. — Arch. Mun. Sarrebourg (Gabrielle Velot), 1 D 24, 25. — Notes d’Alain Dalançon et de Léon Strauss.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément