EBLAGON Albert

Par Claude Pennetier

Né le 6 janvier 1902 à Halluin (Nord), mort le 4 avril 1996 à Fleury-Mérogis (Essonne) ; résistant ; déporté ; militant de la FNDIRP.

Albert Eblagon à Aurigny

Fils de Charles-Chalom Eblagon, crétois, fabricant de chromos, et de Clara Landsberg, d’origines allemandes, sans profession, Albert Eblagon, second d’une fratrie de cinq enfants, s’était marié le 28 janvier 1933 à Lille (Nord) avec Virginie Tielemans. Directeur d’un société d’édition, il fut arrêté en août 1942 dans une rafle antijuive. Il fut interné au camp de Drancy puis déporté à Aurigny, dans les îles Anglo-normandes, sous la responsabilité d’un commando de Neuengamme. Il s’évada en cours de transfert grâce à la complicité de cheminots français, le 7 mai 1944.

Président de la section du XXe arr. de la FNDIRP, il devint membre du comité national en 1967, puis vice-président et membre de la présidence. Il fut aussi président d’honneur de l’Amicale d’Aurigny et de l’association des Amis de la maison de retraite Marcel-Paul.*

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197904, notice EBLAGON Albert par Claude Pennetier, version mise en ligne le 22 janvier 2018, dernière modification le 14 janvier 2019.

Par Claude Pennetier

Albert Eblagon à Aurigny

SOURCES : Serge Wolikow, Jean Vigreux, Les combats de la mémoire. La FNDIRP de 1945 à nos jours, Le Cherche midi, 2006. — Mémorial de la Déportation. — État civil. — Note de D. Bourdekas, janvier 2019.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément