MOHAMED Jean André (« Amédée ») 

Par Claude Delasselle

Né le 14 octobre 1927 à Paris (XIII arr.), tué le 6 juillet 1944 au Grand Val de la Nef (commune de Joux-la-Ville, Yonne) ; résistant FTP.

De père algérien et de mère française, « Amédée » Mohamed était venu de la région parisienne pour travailler comme commis dans l’Yonne, au hameau du Grand Val de la Nef, sur la commune de Joux-la-Ville (Yonne), à une vingtaine de km au sud-est d’Auxerre.
C’est près de là qu’était venu s’installer, au tout début juillet, la compagnie FTP Colbert, forte d’une quarantaine d’hommes dont plusieurs nord-africains, au plus profond de la vaste forêt d’Hervaux. Le jeune « Amédée » avait sympathisé avec les maquisards et leur rendait de nombreux services, notamment en les aidant pour le ravitaillement. Certains témoignages affirment qu’il n’était pas, vu son jeune âge (il n’avait que 16 ans et demi en juillet 1944), véritablement intégré au maquis mais d’autres témoignages en parlent comme d’un membre à part entière du maquis.
À l’aube du 6 juillet 1944, il était parti en patrouille avec un autre maquisard, « Louis » Dillon, un réfractaire au STO arrivé depuis peu au maquis, alors que les Allemands encerclaient silencieusement cette partie de la forêt. Surpris par une patrouille allemande, « Louis » Dillon, blessé à la main, réussit à s’enfuir et à alerter ses camarades mais « Amédée » Mohamed, les deux jambes brisées par une rafale de mitraillette, fut capturé. Il fut battu et traîné par les Allemands jusqu’au village. Refusant de désigner aux Allemands les habitants qui ravitaillaient le maquis, il fut trainé contre un arbre dans un verger proche du village, battu sauvagement puis abattu d’une rafale de mitraillette. Le maquis réussit à échapper à l’encerclement.
Jean Mohamed a été inhumé au cimetière de Joux-la-Ville. Son nom figure sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197937, notice MOHAMED Jean André (« Amédée ») par Claude Delasselle, version mise en ligne le 5 décembre 2017, dernière modification le 18 septembre 2018.

Par Claude Delasselle

SOURCES : Robert Loffroy, Mémoires d’un résistant et militant communiste de l’Yonne, ARORY, 2014. — Cdrom La Résistance dans l’Yonne, ARORY-AERI, 2004 (Jean-Claude Pers, notice Amédée Mohamed). — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément