LANGLADE Gaston

Par Michel Thébault

Né le 3 mars 1914 à Guéret (Creuse), mort en action le 9 juin 1944 à Peyrat-le-Château (Haute-Vienne) ; résistant AS de la Creuse.

Il était le fils de Léonard Langlade, âgé de 40 ans à sa naissance, boulanger à Guéret et de Marguerite Redon âgée de 33 ans. Célibataire, il était en 1944 domicilié à Bourganeuf (Creuse), 80 rue du Puy. Il s’engagea dans la Résistance en compagnie d’un de ses voisins Louis Champême, qui habitait dans la même rue, rejoignant les maquis du sud de la Creuse, dans le secteur de Bourganeuf. Il intégra la compagnie Chaumeil de l’Armée Secrète. Cette compagnie était organisée par Maurice Chaumeil, instituteur à Montboucher (Creuse), combattant de 1940 et capitaine de réserve. Elle participa le 7 juin 1944 à la première libération de Guéret à laquelle participa vraisemblablement Gaston Langlade. Repliée sur ses bases du secteur de Bourganeuf, elle tenta le 9 juin de ralentir l’avancée de la division Das Reich vers Guéret. En effet, la prise de Guéret le 7 juin 1944 avait amené le commandement allemand à modifier l’ordre de marche de la division Das Reich qui remontait le long de la nationale 20. Le 8 dans la journée, le 3ième bataillon du régiment Der Führer reçut l’ordre de se diriger vers Saint Léonard de Noblat où il parvint le 8 au soir, pour le lendemain se diriger vers Guéret afin de boucler la ville par le sud. Le 9 juin au matin, le bataillon reprit sa progression vers Guéret par plusieurs itinéraires. La compagnie AS Chaumeil tenta dès leur entrée en Creuse de harceler les troupes allemandes : escarmouche et sabotage du pont de Sauviat-sur-Vige (Haute-Vienne et entrée dans le département de la Creuse), abattis d’arbres dans les grands virages de la Gasne-du-Clos quelques kilomètres plus loin (commune de Montboucher, Creuse) sur la nationale Limoges – Clermont. Un groupe de la même compagnie procéda un peu plus à l’est sur la nationale 140 (aujourd’hui D 940) sur la commune de Peyrat-le-Château (Haute-Vienne), à la limite de la Creuse, à un abattage d’arbres au lieu-dit Le Moulin de l’Eau à la sortie du village vers le nord (au franchissement de la Maulde) dans la direction de Bourganeuf. Le groupe fut surpris par l’arrivée d’un détachement allemand (vraisemblablement appartenant à la division Das Reich et montant en flanc garde vers Bourganeuf) pendant qu’il abattait les arbres. Gaston Langlade fut tué dans le combat qui en résulta.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument aux morts de Bourganeuf (Creuse). Son nom figure également sur le monument commémoratif de la Résistance du Jardin d’Orsay à Limoges (Haute-Vienne), ainsi que sur le mémorial de la Résistance creusoise à Guéret (orthographié Langlade C.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198064, notice LANGLADE Gaston par Michel Thébault, version mise en ligne le 11 décembre 2017, dernière modification le 19 mai 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : René Castille Préparation et réalisation de la première libération de Guéret in La Creuse pendant la seconde guerre mondiale Ed. Le Puy Fraud 2012 — Marc Parrotin Le temps du Maquis, Histoire de la Résistance en Creuse Ed. Verso 1984 et Mémorial de la Résistance creusoise Ed. Verso 2000 — Mémorial genweb — Mémoire des Hommes — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément