PICHAULT Gilbert, Désiré

Par Michel Thébault

Né le 10 janvier 1917 à Montamisé (Vienne), massacré le 28 août 1944 à La Puye (Vienne) ; ouvrier agricole ; victime civile.

Il était le fils de Désiré, Louis Pichault, journalier et de Marie Anne Mauduit, tous deux domiciliés au hameau de Charassé, commune de Montamisé. Employé dans l’agriculture, il était ouvrier agricole. Appelé à 20 ans pour le service militaire, il fut envoyé au 3ème Régiment d’Artillerie Coloniale à Joigny (Yonne), d’octobre 1937 à novembre 1938. Il fut mobilisé en septembre 1939 au même régiment, le 3ème RAC, formation de la 3ème Division d’Infanterie Coloniale. Son unité fut affectée au secteur fortifié de Montmédy, dans la Meuse à quelques kilomètres de la frontière belge. Gilbert Pichault y passa vraisemblablement toute la drôle de guerre. Lors de l’attaque allemande de mai – juin 1940, la 3ème DIC parvint à contenir les assauts allemands en Argonne jusqu’au 11 juin puis dut faire retraite vers les Vosges. Encerclé en Lorraine, le 3ème RAC, pratiquement anéanti et à court de munitions, vit la plus grande partie des survivants faits prisonniers et dut cesser le combat le 22 juin 1940 dans le secteur de Vaucouleurs (Meuse). Gilbert Pichault fit partie des prisonniers et fut interné au stalag IV D, à Torgau en Saxe du nord, dans la région de Leipzig. Soutien de famille, il fut libéré et revint dans la Vienne à une date qui reste imprécise. Il reprit un emploi d’ouvrier agricole dans une ferme appartenant à la famille Boutin à La Puye (Vienne), à l’est de Chauvigny.
En août 1944, la situation militaire de l’armée allemande sur le front de l’ouest se dégrada brutalement. Le 19 août un ordre de repli général fut donné aux unités allemandes stationnées dans le sud-ouest. Le passage par le seuil du Poitou devint un enjeu stratégique essentiel. Poitiers servit pendant toute la fin du mois d’août et les premiers jours de septembre, d’étape et de cantonnement provisoire pour les forces allemandes et leurs collaborateurs. Des troupes hindoues de l’ « Hindische Freiwillingen-Legion » rattachée depuis peu à la Waffen SS, et qui étaient parties du secteur de Lacanau (Gironde), étaient arrivées à Poitiers à la mi-août. Un bataillon s’installa le 22 août au camp de la route de Limoges à Poitiers. L’évacuation vers l’est de la légion hindoue, ponctuée de violences et d’exactions se déroula à partir du 26 août. (Roger Picard op. cit.). Selon un témoignage recueilli par Jean-François Liandier (Les Anciens Combattants de la guerre 1939 – 1945 à Montamisé, op. cit.), le 28 août 1944, « Gilbert Pichault … fut tué par "des Hindous" supplétifs de l’armée allemande avec Pierre Boutin en allant chercher du pain au bourg de La Puye ». Il fut inhumé au cimetière de Montamisé.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le monument aux morts de Montamisé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198205, notice PICHAULT Gilbert, Désiré par Michel Thébault, version mise en ligne le 16 décembre 2017, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Roger Picard Hommes et combats du Poitou Ed. Martelle 1994 — Jean-François Liandier Les Anciens Combattants de la guerre 1939 – 1945, site internet, ville de Montamisé — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément