CHEVALIER Louis, Francis, Joseph

Par Claude Pennetier

Né le 15 août 1897 à Paris (VIe arr.), mort en déportation le 15 novembre (ou le 18 septembre) 1942 à Auschwitz (Pologne) ; égoutier ; militant communiste ; maire adjoint d’Orly (Seine, Val-de-Marne) ; déporté.

Marié, père de deux enfants, égoutier à la ville de Paris, Louis Chevalier était un militant communiste actif d’Orly lorsqu’il fut élu conseiller municipal, le 12 mai 1935, sur la liste dirigée par Fernand Dusserre. L’assemblée communale le désigna comme deuxième adjoint.
Le conseil de préfecture le déchut de son mandat électif le 29 février 1940, pour appartenance au Parti communiste. La police pensait qu’en « dépit de la dissolution des organisations communistes, Chevalier était resté un propagandiste actif et continuait à propager clandestinement les mots d’ordre de la IIIe Internationale » (Arch. PPo. 101, 25 mai 1941). Il fut interné administrativement le 5 octobre 1940 et envoyé au Centre de séjour surveillé d’Aincourt (Seine-et-Oise) puis à Rouillé (Vienne) le 6 novembre 1941.

Il fut déporté à Auschwitz dans le convoi I. 42 parti de Compiègne le 6 juillet 1942 qui transportait environ 1175 hommes. Plus de la moitié d’entre eux étaient des habitants de la Seine. Ce transport était un convoi de représailles formé par l’administration militaire allemande pour dissuader les résistants communistes de poursuivre la guérilla urbaine. Ce fut un des rares transports mêlant des Juifs, arrêtés en tant que tels, et des communistes (1110 identifiés comme tels ou assimilés). La majorité d’entre eux étaient des ouvriers, des mineurs et des cheminots. Au moins 86 étaient d’anciens élus, comme Louis Chevalier ou le député communiste Robert Philippot.
Au camp Louis Chevalier reçut le matricule 45366. Il y mourut le 15 novembre 1942 (ou le 18 septembre 1942 d’après la Fondation pour la Mémoire de la Déportation).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19824, notice CHEVALIER Louis, Francis, Joseph par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 14 décembre 2021.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo. 101. — Arch. Dép. Seine, DM3. — l’Humanité, 14 mai 1935. — État civil de Paris, VIe arr. — Livre-Mémorial, Fondation pour la Mémoire de la Déportation. — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément