SCARTON Angélo

Par Joël Drogland

Né le 19 janvier 1924 à Feltre (Italie), exécuté sommairement à Saint-Sérotin (Yonne) le 1er juillet 1944 ; ouvrier menuisier ; membre de Libération-Nord puis maquisard FTP.

Stèle de Saint-Sérotin.

Né en Italie, Angélo Scarton s’était installé avec sa famille à Villeneuve-sur-Yonne, où vivaient plusieurs familles de réfugiés politiques italiens. Célibataire, menuisier dans l’entreprise d’Édouard Boutier, il participa très vite, comme beaucoup de ses collègues, aux activités du groupe de résistants sédentaires de Libération-Nord. Quand il fut réquisitionné pour le STO, il gagna le maquis le plus proche, le maquis FTP Bourgogne d’Henri Mittay alors installé au hameau de la Grange-aux-Malades.

Quand le maquis Bourgogne reçut l’ordre de quitter le Pays d’Othe et que Mittay se rebella, Angélo Scarton fit partie de la vingtaine de maquisards qui obéirent à l’ordre de déplacement et gagnèrent les bois du Chapitre sur la commune de Dixmont. Après l’attaque du maquis, le 15 mai 1944, le groupe se déplaça et gagna les bois de Saint-Sérotin. Angélo Scarton intégra le maquis FTP Paul Bert, commandé par Constantino Simo.

En fin de matinée, le 1er juillet 1944, Angelo Scarton rentrait de mission à bicyclette en compagnie de deux camarades, Maurice Baudoin et Raymond Ménigault. Ils furent repérés par des soldats allemands alors qu’ils faisaient une halte au café de Saint-Sérotin. Capturés, ils furent battus à coups de charbonnette et violemment jetés dans un camion. Dans l’après-midi, on retrouva deux cadavres étendus au carrefour de Vaugouret, près de Saint-Sérotin. Il s’agissait des corps d’Angélo Scarton et de Raymond Ménigault.

Le nom d’Angélo Scarton figure, avec celui de ses deux camarades, sur la stèle édifiée sur les lieux de l’exécution, près de Saint-Sérotin. Il figure aussi sur le monument des déportés et fusillés de l’Yonne à Auxerre. Il est titulaire de la carte de Combattant volontaire de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198284, notice SCARTON Angélo par Joël Drogland, version mise en ligne le 18 décembre 2017, dernière modification le 18 décembre 2017.

Par Joël Drogland

Stèle de Saint-Sérotin.

SOURCES : Archives privées de Robert Loffroy (dossiers des FTP morts au combat ou déportés). — Témoignage oral de Robert Loffroy (1997). — CDrom La Résistance dans l’Yonne, ARORY-AERI, 2004 (Joël Drogland, notice sur le massacre des trois maquisards le 1er juillet 1944 à Saint-Sérotin). — Robert Loffroy, Mémoire d’un résistant et militant communiste de l’Yonne, Éd. ARORY, 2014. — Joël Drogland, Histoire de la Résistance sénonaise, Éd. ARORY, 2e édition, Auxerre, 1998. — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément