CHEVALIER Roger

Par Jacques Girault, Pierre Lévêque

Né le 10 novembre 1909 à Marsannay-la-Côte (Côte-d’Or), mort le 9 juillet 1995 à Dijon (Côte-d’Or) ; instituteur ; syndicaliste, socialiste, puis communiste de la Côte-d’Or ; conseiller municipal de Dijon ; membre du bureau national de l’Amicale des élus républicains.

Fils d’un vigneron devenu chauffeur puis magasinier à la Société dijonnaise d’électricité, militant syndicaliste, socialisant devenu sympathisant communiste, Roger Chevalier avait obtenu le brevet supérieur et était devenu instituteur dans diverses communes rurales de 1929 à 1935, puis à Dijon où il termina sa carrière comme directeur de l’école de garçons du Petit Potet. Membre de l’Union laïque affiliée à la Fédération unitaire de l’enseignement depuis 1930, puis du Syndicat national des instituteurs après la réunification, Chevalier s’était marié en septembre 1932 à Voulaines (Côte-d’Or) avec une institutrice, Hélène Jarlaud, née le 21 février 1909 à Villers-la-Faye (Côte-d’Or) d’opinions communistes comme sa sœur Odette Jarlaud, fille d’une aide-comptable. Le couple eut un enfant.
Il avait terminé son service dans la COMA (artillerie) comme sergent-chef. Chevalier adhéra aux Amis de l’URSS en 1935 et devint membre cette même année du Parti socialiste SFIO. Il devint le secrétaire du Comité départemental de vigilance des intellectuels antifascistes, tout en étant le secrétaire adjoint de la section socialiste de Marsannay-la-Côte. Secrétaire du comité électoral de Robert Jardillier, candidat socialiste, en 1936, il appartenait à la tendance « Bataille socialiste ». Il quitta le parti en 1938. Pendant la guerre, Chevalier rejoignit le Front national en 1943 à Villers-la-Faye et fit partie d’une milice patriotique.
Chevalier adhéra au Parti communiste français en 1954. Secrétaire de la section communiste de Dijon, membre du comité de la fédération communiste de 1957 à 1970, il participa au bureau fédéral de 1959 à 1961. Membre du bureau de la section communiste Dijon-Sud, il en devint le secrétaire en 1963, responsable de la diffusion de l’Humanité dimanche. Chevalier devint secrétaire départemental de France-URSS puis resta au bureau de l’association. Il fut invité à passer un mois en 1952 en URSS et appartint de 1948 à 1954 au comité national de cette organisation. Chevalier militait toujours au SNI et dans la Fédération des conseils de parents d’élèves. Il était aussi adhérent à la Libre-Pensée. Chevalier avait été élu conseiller municipal en 1953. Devenu en 1955 le responsable du groupe des élus communistes, il faisait partie du bureau national de l’amicale des élus républicains. Il figurait sur la liste d’union de la gauche aux élections municipales de Dijon en 1965. Il fut candidat aux élections pour le Conseil de la République, le 19 juin 1955 et le 6 octobre 1957.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19833, notice CHEVALIER Roger par Jacques Girault, Pierre Lévêque, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 11 décembre 2016.

Par Jacques Girault, Pierre Lévêque

SOURCES : Arch. comité national du PCF. — Notice DBMOF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément