BON Julien

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 11 janvier 1922 à Larrey (Côte-d’Or), mort en mission le 13 mars 1944 à Laignes (Côte-d’Or) ; mécanicien ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Julien Bon était le fils de Jules, maréchal-ferrant et de Irma Léa Bourgeois, sans profession. Il était célibataire et demeurait à Larrey où il exerçait le métier de mécanicien.
Il entra dans la Résistance comme agent de l’Intelligence Service et recrutait pour le maquis.
Il fut abattu en cours de mission le 13 mars 1944 à 13 heures, par un tireur d’élite allemand en bordure de la voie ferrée, à environ deux cents mètres de la barrière de Martilly, à Laignes (Côte-d’Or). Une stèle érigée sur la RD 965 au passage à niveau en direction de Tonnerre rappelle l’événement.
Il est inhumé au cimetière communal, à Larrey (Côte-d’Or).
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 9 juillet 1945 par décision du Secrétariat général aux Anciens combattants.
Il fut homologué comme membre des Forces françaises combattantes (FFC) et lieutenant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).
Son nom figure sur les monuments aux morts de Laignes et Larrey (Côte-d’Or).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198403, notice BON Julien par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 21 décembre 2017, dernière modification le 10 novembre 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Gilles Hennequin Résistance en Côte-d’Or pages 68, 152 et 153, Dijon 1985 et tome IV, Dijon 1997.— Mémorial Genweb.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément