ALLIBRANT Georges

Par Michel Thébault

Né le 11 juillet 1925 à Beaulieu-les-Loches (Indre-et-Loire), mort en action le 4 août 1944 à Leignes-sur-Fontaine (Vienne) ; résistant AS de la Vienne, maquis Jalladeau.

Célibataire, il s’engagea à l’été 1944 dans la Résistance, rejoignant dans le département de la Vienne tout proche, un maquis AS, le maquis Jalladeau du Groupement « Michel » ou secteur D (appartenant aux maquis civraisiens du secteur Vienne Sud). Ce maquis était cantonné dans le secteur de Lésignac sur les communes de Luchapt et Asnières-sur-Blour à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Bussière-Poitevine, à la limite des départements de la Vienne, de la Haute-Vienne et de la Charente. Il effectua à partir du mois de juin 1944 des attaques de harcèlement contre les troupes allemandes attaques de convois et de colonnes ennemies dans le secteur d’Adriers, La Combe et Leignes-sur-Fontaine ainsi que sur la route de Ruffec à Civray. Ce fut lors de l’embuscade tendue à un convoi militaire allemand le 4 août 1944 à Leignes-sur-Fontaine, que Georges Allibrant trouva la mort avec un camarade Georges, Henri Jourdain.
Il obtint la mention mort pour la France. Une stèle en bordure de la route départementale, à Leignes-sur-Fontaine rappelle sa mémoire. Elle est toujours l’objet de cérémonies mémorielles annuelles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198426, notice ALLIBRANT Georges par Michel Thébault, version mise en ligne le 22 décembre 2017, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Michel Thébault

SOURCES : Article Le Populaire du Centre, 17 septembre 2014, L’ANACR Haute-Vienne dans la Vienne — Article La Nouvelle République, 5 septembre 2011, Une mémoire à raconter — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément