HORVILLE Robert

Par Eric Panthou

Né le 25 juin 1926 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) abattu le 17 août 1944 sur la commune de Saint-Julien-Puy-Lavèze (Puy-de-Dôme) ; boucher à Clichy ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI), des Mouvements unis de la Résistance (MUR).

Fils de René et de Marie Louise Mornat, Robert Horville habitait 30 boulevard d’Orléans à Clichy (Hauts-de-Seine) où il était boucher. Il était célibataire.
Il dut fuir la région pour échapper à la Gestapo. Lui et son père auraient aidé la Résistance en leur fournissant des armes. Il était amoureux d’une jeune fille et souhaitait se marier avec elle mais la crainte d’être arrêté à la mairie retarda ce mariage. Robert Horville quitta donc la région parisienne début 1944 sans savoir que son amie, Jacqueline Fleury, était enceinte.
On ignore dans quelle condition il rejoignit les FFI en Auvergne au sein de la 4éme Compagnie, du maquis de Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme), aux confins ouest du département. Cette compagnie appartenait à la Zone III des FFI d’Auvergne.
L’Etat-Major des FFI avait décidé de faire intervenir les maquisards, (dont les locaux de la zone III) sur la RN 89 pour retarder une colonne ennemie venant de Clermont qui allait libérer ses garnisons assiégées en Corrèze. L’embuscade fut tendue au pont du Fraisse par trois groupes de maquisards mais trop peu nombreux pour affronter un tel convoi. Néanmoins, les combats permirent de bloquer l’énorme convoi allemand, ce retard imposé au convoi entraîna la capitulation des garnisons assiégées d’Ussel. Mais, au pont du Fraisse, on relève les corps de sept jeunes Français : trois blessés achevés et quatre fusillés. Parmi eux, Robert Horville qui fut fait prisonnier puis qui fut achevé par un officier allemand après avoir été blessé.
Sur son acte de décès, aucune mention ne fut faite alors de son père et de sa mère.

C’est seulement en décembre 1944, sans nouvelle de Robert Horville depuis son départ, que son amie apprit d’un de ses camarades parti lui aussi en Auvergne avec les FFI, que Robert avait été tué. Leur fils était né quelques semaines plus tôt, en septembre 1944. Ce n’est qu’à l’âge de 25 ans que le fils de Robert Horville apprit qui était son père.
En avril 1949, René Horville, domicilié alors à Saint-Vallier (Saône-et-Loire) formula une demande de restitution aux frais de l’État du corps de son fils Robert, tué le 17 août et inhumé à Saint-Julien-Puy-Lavèze. C’est de là que le ministère des anciens combattants demanda une enquête pour vérifier si Robert Horville avait bien été FFI et tué dans les circonstances décrites par son père.
Cela fut confirmé, notamment fin novembre 1951 par Willy Mabrut, alias Tonton, maire de Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme) et surtout ancien chez de la Zone III des FFI d’Auvergne. Mais l’autorité militaire ne put entrer en contact avec la famille de Robert Horville, que cela soit à un dénommé Monsieur Bailly, 30 boulevard d’Orléans à Clichy, la dernière adresse connue de Robert Horville, ou à l’adresse de son père à Saint-Vallier. Dans les deux cas, l’autorité militaire reçut un message indiquant que le destinataire était inconnu. Robert Horville se retrouvait donc sans ayant cause.
La Commission régionale d’homologation, dans sa runion du 12 janvier 1952, a homologué Robert Horville comme FFI pour la période du 1er juillet au 17 août 1944. Il fut aussi reconnu "Mort pour la France".
Son nom figure sur le monument aux Morts de Saint-Julien-Puy-Lavèze et à Boulogne-Billancourt au Carré de corps restitués cimetière Pierre Grenier 9e division. C’est là qu’il fut inhumé après avoir été inhumé à Saint-Julien-Puy-Lavèze.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198752, notice HORVILLE Robert par Eric Panthou, version mise en ligne le 6 janvier 2018, dernière modification le 24 avril 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : SHD Vincennes, dossier de résistant de Robert Horville : GR 16 P 296076 .— SHD Vincennes, dossier de résistant de Roger Boissier, GR 16 P 68247 .— "Hommage aux combattants du "Pont-du-Fraisse", Résistance d’Auvergne ; n° 171, septembre 2017 .— MémorialGenweb .— Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément