MUSARD Henri

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 8 janvier 1908 à Dijon (Côte-d’Or), mort au combat le 4 septembre 1944 à Igornay (Saône-et-Loire) ; résistant du maquis Serge et des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Henri Musard était le fils de Jeanne Musard, célibataire, ouvrière, native de Santenay (Côte-d’Or) demeurant à Dijon et de père inconnu.
Il entra dans la Résistance au maquis Serge, installé dans les bois du hameau de Château, à Planchez-en-Morvan, non loin de Château-Chinon (Nièvre). Ce maquis était composé principalement de jeunes réfractaires au STO (Service du travail obligatoire) et s’organisa à partir de 1943 autour de Gérard Drouin, alias capitaine "Serge".
En septembre 1944 l’armée allemande refluait devant les troupes alliées et était harcelée par les maquis. Des colonnes du LXIVe corps d’armée atteignaient l’Est du Dijonnais. Le 4 septembre deux petits groupes d’Allemands passant du côté d’Igornay et de Cordesse furent attaqués par une dizaine du maquis Serge, commandée par Pernot. Le premier groupe composé d’un side-car et d’une voiture, fut facilement anéanti. L’autre, monté sur un camion, parvint à tuer trois résistants dont Henri Musard et ses camarades Léger Bazenet et Alfred Radenne, avant de succomber lui-même.
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de naissance le 9 décembre 1957.
Il fut homologué au grade de lieutenant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).
Son nom écrit MUZARD figure sur le monument commémoratif aux morts du maquis Serge, à Planchez-en-Morvan.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198879, notice MUSARD Henri par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 8 janvier 2018, dernière modification le 8 janvier 2018.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Journal de Saône-et-Loire du 4 septembre 2014, 4 septembre 44 : l’Autunois est un goulot d’étranglement.— Mémorial Genweb.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément