MOHRBACH Fernand, Albert

Par Robert Goujon, Hervé Barthélémy, Philippe Wilmouth, André Balent

Né le 24 février 1922 à Montigny-lès-Metz (Moselle), exécuté sommairement le 24 juin 1944 à Servières (Lozère) ; agent de la SNCF ; résistant FFI.

Fernand Mohrbach
Fernand Mohrbach
Crédit : Mémorial des Cheminots, op.cit.

Entré aux chemins de fer d’Alsace-Lorraine le 1er octobre 1936, Fernand Mohrbach était ouvrier au dépôt de Metz. Réfugié dans le Rhône, il travaillait aux ateliers voitures d’Oullins.
En mars 1944, il rejoignit la Résistance. Le 13 juin, il voulut rejoindre avec un camarade, François Godet, les maquisards de Haute-Loire repliés dans le secteur de Mercoire (Lozère) après l’assaut du Mont-Mouchet (Lozère / Cantal / Haute-Loire) où la Résistance auvergnate avait concentré un nombre considérable de maquisards (AS).
Il rejoignit la compagnie motorisée des MUR de la Haute-Loire, Compagnie Barra. Après une attaque allemande sur Saugues (Haute-Loire) où la compagnie était installée, elle ne put rejoindre le Mont-Mouchet puis les gorges de la Truyère et dut se replier sur la Lozère à Grand-Rieu, le 11 juin.
Envoyé en mission avec son camarade François Godet, les deux hommes en moto furent interceptés par un détachement allemand près de la ferme du Pont-Rodier à Châteauneuf-de-Randon (Lozère). Incarcérés à la prison de Mende (Lozère), Fernand Mohrbach et son camarade, Godet, furent extraits de leur cellule le 24 juin 1944 par Ludwig Kocher, de la Sipo-SD, et furent exécutés dans les bois de La Boulaine, à Servières, au nord-ouest de Mende. Les équipes de la Croix-Rouge relevèrent leurs corps qui furent inhumés au carré militaire du cimetière Séjalan de Mende .
Il a été reconnu Mort pour la France, homologué FFI au sein de la formation MUR Groupe Maquis M-Z et Maquis Villelonge, pour la période du 1er février 1944 au 16 juin 1944. Il a le statut de déporté interné de la Résistance (DIR).
Son nom figure sur la stèle dédiée aux personnels de la SNCF morts pendant la guerre dans le hall de la gare de Metz et sur les monuments des ateliers de Montigny-lès-Metz et d’Oullins. Son nom figure, avec celui de François Godet, sur la stèle commémorative érigée dans le bois de la Boulaine (Servières, Lozère).
Son assassin, Kocher, du bureau de Mende de la Sipo-SD de Montpellier (Hérault), fut condamné par aux travaux forcés à perpétuité par le tribunal militaire de Marseille (Bouches-du-Rhône) qui siégea du 17 novembre au 3 décembre 1953.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198954, notice MOHRBACH Fernand, Albert par Robert Goujon, Hervé Barthélémy, Philippe Wilmouth, André Balent, version mise en ligne le 9 janvier 2018, dernière modification le 30 décembre 2021.

Par Robert Goujon, Hervé Barthélémy, Philippe Wilmouth, André Balent

Fernand Mohrbach
Fernand Mohrbach
Crédit : Mémorial des Cheminots, op.cit.

SOURCES : SHD Vincennes, GR 19 P 43/22 : liste des membres de la formation MUR Groupe Maquis M-Z et Maquis Villelonge. — SHD Vincennes, GR 19 P 43/11 : Compagnie Barra. —SHD-PAVCC Caen, dossier statut 21 P 517321. — AD Moselle 69J21, fonds Neigert. — IHS CGT Cheminots Lyon. — Henri Cordesse, Histoire de la Résistance en Lozère 1940-1944, Montpellier, Les Presses du Languedoc, Max Chaleil éditeur, 3e édition, 1999, 285 p. [p. 271, 281]. — Robert Goujon et Hervé Barthélémy, notice sur Fernand Mohrbach in Cheminots victimes de la répression 1940-1945, Mémorial, Thomas Fontaine (dir.), Paris, Perrin-SNCF, 2017, p. 1051. — — MemorialGenWeb, consulté le 3 février 2018 (André Balent). — Compléments par Eric Panthou.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément