PARMENTIER Louis Simon

Par Marie-Cécile Bouju

Né vers 1812 à Paris, mort en août 1866, typographe, fondateur de la Société typographique parisienne.

Louis Simon Parmentier était typographe. Dans les années 1830 (1838 ?), il a participé à l’imprimerie Lacrampe, en rachetant avec d’autres le brevet de l’imprimeur Everat. En 1844 il fut le gérant de l’association coopérative de typographes et d’imprimeurs qui prit le titre d’Industrie fraternelle. En 1860 il travaillait pour l’imprimerie Thunot.
En 1848, il présida le Comité central des ouvriers de la Seine et participa à la création du Journal des travailleurs en 1848.
Parmentier fut membre de la Société typographique parisienne.
En mars 1848, Parmentier forma, au sein de la délégation ouvrière de la Commission du Luxembourg, un bureau provisoire qui élimina le comité tiré au sort le 10 mars sous les auspices de Louis Blanc* et provoqua la constitution d’un Comité central des ouvriers du département de la Seine, qu’il présida. En étaient vice-présidents : Louis Bénard*, Victor Dumont*, Louis Lavoye*, et Voisin*. En étaient secrétaires : Alphonse François Lefort*, Petit*, Delit*, Paillard*. Par ses manifestes, il appela les ouvriers de tous les métiers à s’organiser en sociétés. Il voulait assurer la représentation de la classe ouvrière à l’Assemblée constituante et entreprit de faire désigner des candidats par les assemblées générales professionnelles.
Après son échec aux élections, il abandonna la présidence du Comité central pour assurer la liquidation d’une association de production dont il était le gérant. Par la suite, il se montra hostile à tout ce qui n’était pas uniquement « société de résistance ».
Parmentier avait participé à la commission du tarif en 1843 et à sa révision en 1850. En 1853 il avait également participé à la création de l’Association libre du tarif. En 1861, il participa à nouveau à révision du tarif (il était secrétaire comptable de l’Association libre du tarif en 1860 avec Clostre) et fut poursuivi pour cela en 1862.
Louis Parmentier eut deux fils : Amédée Simon (1839) typographe et Edmé Philippe Jules (1843-1894) imprimeur et correcteur à l’Imprimerie nationale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article199200, notice PARMENTIER Louis Simon par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 17 janvier 2018, dernière modification le 15 mai 2020.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCES : Bib. Forney Fonds BAG-Morin Notice par E. Morin. - Société de l’industrie fraternelle, le citoyen Parmentier à ses coassociés. [11 janvier 1849.] Paris : Boulé (Paris), 1849, 3 p. - Arch. Dép. Aube. Série M. Réglement constitutif du Comité central des ouvriers du département de la Seine. — Arch. Nat. F/12/4634/B. - Coutant, "Nécrologie". Le Constitutionnel, 10 août 1866. - les Associations professionnelles ouvrières, t. I, p. 712 — R. Gossez, « L’organisation ouvrière sous la Seconde République », Revue des Révolutions contemporaines, XLII, n° 185, février 1950. — Rémy Gossez, Les Ouvriers de Paris, op. cit., p. 240. — Note de P.-J. Derainne.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément