VANDEN BRANDEN Raymonde, Renée [née BERTHELET]

Par Daniel Grason

Née le 20 novembre 1895 à Douai (Nord), morte à une date inconnue ; repasseuse ; déportée à Ravensbrück (Allemagne), puis à Mauthausen (Autriche) ; résistante.

Raymonde Vanden Branden
Raymonde Vanden Branden

Fille de Louis, Fidèle, trente-deux ans et de Marie, Augustine, née Lecocq, vingt-sept ans, ménagère, Raymonde était la deuxième jumelle du couple, la première se prénommant Marie. Elle épousa le 13 octobre 1917 Lucien, Alfred Cariat en mairie de Douai, en deuxième noce elle se maria le 1er avril 1922 avec Augustin, Léopold Vanden Branden à Douai. Le couple vint en région parisienne, habita 4, rue du Commandant-Léandri, puis en 1932 au 5 rue Auguste-Chabrières à Paris (XVe arr.). Elle exerçait le métier de repasseuse à la Blanchisserie Hôtelière au 30 rue Olivier de Serre dans le même arrondissement.
Le dimanche 31 mai 1942 jour de marché, des militants communistes dont Raymonde Vanden Branden se retrouvaient vers 10 heures 30 rue de Buci devant le magasin Eco. Ils voulaient ainsi protester contre le rationnement, des militantes s’emparèrent de boîtes de conserves et les distribuèrent aux ménagères, Madeleine Marzin prenait brièvement la parole. Des policiers en civils et en uniformes intervenaient immédiatement, des FTP qui assuraient la protection tirèrent, un brigadier des gardiens de la paix et un gardien de la paix furent tués.
Raymonde Vanden Branden était arrêté le lendemain à son domicile vers 18 heures 50 par des inspecteurs des Renseignements généraux, lors de la perquisition aucun tract n’a été saisi. Son mari était hospitalisé à l’hôpital de Vaugirard. Emmenée dans les locaux des Brigades spéciales elle a été interrogée. Elle parla de son mari comme un homme « foncièrement anticommuniste et, sur ce point il se trouvait en désaccord avec mon beau-frère Émile Sézille de Mazancourt »
Elle savait que sa « sœur Louise Sézille de Mazancourt […] avait des idées assez avancées sans toutefois adhérer au Parti communiste. » Elle affirma que : « Depuis la dissolution du Parti communiste » Elle n’avait « jamais eu d’activité politique. »
Concernant sa participation à l’initiative de la rue de Buci, elle raconta sa matinée : « Dimanche matin, entre 7 heures et 7 heures 30 ma sœur qui habite le même immeuble que moi est venu dans mon logement alors que me trouvais encore couchée. Elle m’a dit “ Que fais-tu ce matin ? ” - je lui ai répondu « Je vais au marché de la Convention », elle ajouta “ Ne veux-tu pas venir avec moi, au métro Duroc à 9 heures 10, il paraît qu’à l’occasion de la Fête des Mères, il y aura des distributions de vivres gratuites. C’est au métro Duroc que nous avons rendez-vous. C’est là qu’on nous donnera le lieu de la distribution. ” Les sœurs se rendirent au métro Duroc, peu de temps après arriva Émile Sézille de Mazancourt, une femme arriva, puis deux autres et un homme.
Tous prirent le métro jusqu’à la station Odéon, Sézille parla à « une petite femme brune » Madeleine Marzin déjà présente au métro Duroc. A 10 heures 15, elle donna le signal du départ, consigne se mêler « comme elle à la file d’attente devant les établissements « Eco » rue de Seine. Devant le magasin Raymonde Van Branden lui demanda « ce qu’elle attendait de nous », elle répondit « Je vais vous le dire. » Elle appela quelques hommes leur donna une seule consigne « Vous ferez bien attention » - « Tenez-vous prêts. » Puis elle glissa quelques paroles à Raymonde Van Branden « Vous suivrez les femmes qui vous précèdent. Au moment où quelqu’un chantera La Marseillaise elles rentreront dans le magasin et rempliront votre filet de provisions. L’opération terminée vous partirez. » Raymonde Van Branden précisa « En outre les femmes qui me précédaient devaient également distribuer des provisions à la foule. »
Quand « Eco » ouvrit ses portes, sous la poussée Raymonde et sa sœur Louise furent propulsées à l’intérieur de l’épicerie. Avec difficultés, elles réussirent à se dégager et à rentrer chez elles.
Raymonde Vanden Branden était arrêtée le lendemain à son domicile. Elle comparut le 25 juin 1942 avec vingt autres prévenus devant le Tribunal d’État qui prononça cinq condamnations à mort dont celle de Pierre Benoit par contumace. Elle a été condamnée à cinq ans de travaux forcés et vingt ans d’interdiction de séjour.
Après avoir été internée à la prison de La Roquette, le 20 septembre 1942 elle était envoyée à la centrale de Rennes (Ille-et-Vilaine), livrée aux allemands le 2 mai 1944. Raymonde Vanden Branden était le dans convoi de 552 femmes qui partit le 13 mai 1944 de la gare de l’Est à destination de Ravensbrück (Allemagne). Transférée au camp de Mauthausen (Autriche), malade, elle a été libérée par la Croix Rouge internationale. Rapatriée par la Suisse le 1er mai, elle resta quelques jours à l’hôtel Lutétia et regagna son domicile.
Elle reprit sa profession de repasseuse à la blanchisserie Ronce au 4 rue de la Grotte (XVe arr.), à la Maison de Blanc 90 rue Cardinet (XVIIe arr.), et en 1953 à la blanchisserie Herbulot 52 rue Saint-Lambert (XVe arr.).
Raymonde Vanden Branden a été homologuée au titre de la Résistance intérieure française (RIF) et Déportée internée résistante (DIR). Elle postula en 1957 à la Médaille militaire. Elle a été décorée de la Croix de Guerre, de la Croix de la Libération et de la médaille du Combattant Volontaire de la Résistance.
Veuve depuis 1943, sans enfant, Raymonde Vanden Branden mourut à une date inconnue.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article199578, notice VANDEN BRANDEN Raymonde, Renée [née BERTHELET] par Daniel Grason, version mise en ligne le 24 mars 2018, dernière modification le 14 mars 2019.

Par Daniel Grason

Raymonde Vanden Branden
Raymonde Vanden Branden

SOURCES : Arch. PPo. GB 098, 1W 739, BA 2056, PCF carton 13 rapport hebdomadaire des renseignements généraux du 12 juin 1942, GB 172 (photo). – Bureau Résistance GR 16 P 53294. – AD Ille-et-Vilaine (notes d’Yves Boivin). – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – Etat civil AD du Nord numérisés 1 Mi EC 178 R 025, acte n° 713.

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 172

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément