Chenebier (Haute-Saône), massacre dit d’Étobon, 27 septembre 1944

Par Dominique Tantin

Dans la commune de Chenebier (Haute-Saône), 40 résistants et civils d’Étobon furent massacrés par un détachement de la Wehrmacht en représailles aux actions du maquis.

Étobon et Chenebier, deux communes contiguës de Haute-Saône, se situent sur la Porte de Bourgogne (ou Trouée de Belfort). Il s’agit d’une position stratégique, d’une voie de passage qui permet d’accéder à la plaine d’Alsace. Dans les derniers jours de septembre 1944, les Alliés approchaient en remontant du couloir Saône-Rhône, mais leur progression était ralentie par l’étirement de leurs lignes de communication et des difficultés de ravitaillement en carburant. Ils furent stoppés à une dizaine de kilomètres d’Étobon.
Le maquis d’Étobon multipliaient les actions afin d’entraver le repli des Allemands et de désorganiser leurs défenses. Les accrochages furent nombreux au cours du mois de septembre, notamment avec des supplétifs de la Wehrmacht d’origine russe, des cavaliers « cosaques ». L’occupant eut plusieurs morts dont un officier supérieur.
En représailles, les « Cosaques » rassemblèrent tous les hommes de 16 à 60 ans d’Etobon. Ils massacrèrent 40 hommes choisis sur indications d’un prisonnier, conduits dans la commune voisine de Chenebier et mitraillés contre la façade du temple protestant ; 27 autres furent déportés.


Les victimes d’Étobon
BAUER Maurice 20 ans cultivateur
BAUER René 25 ans cultivateur (son frère)
BEAUMONT André 21 ans cultivateur
BOULAY Roger 22 ans cultivateur
CROISSANT Jean 22 ans charron
GOUX Jean 21 ans cultivateur
GOUX Fernand 41 ans menuisier (marié 4 enfants mineurs)
GOUX Gilbert 17 ans élève-maître
GOUX Robert 35 ans cultivateur
GUEMANN Christ 40 ans cultivateur
GUEMANN Paul 32 ans cultivateur (son frère)
LARGE André 18 ans cultivateur
LAMBOLEY Raymond 25 ans cultivateur
MIGNEREY René 44 ans cultivateur (marié 2 enfants mineurs)
NARDIN Charles-Eugène 54 ans menuisier (maire d’Etobon, marié 1 enfant mineur)
NARDIN Charles Jules 27 ans cultivateur
NARDIN Jean 17 ans cultivateur
NARDIN Pierre 20 ans cultivateur (son frère)
PERRET Charles 24 ans cultivateur
PERRET Georges 17 ans cultivateur
PERRET Jean 20 ans cultivateur (son frère)
PERRET Jacques 33 ans cultivateur (marié 1 enfant mineur)
PERRET René 28 ans ouvrier d’usine
PERRET Maurice 20 ans cultivateur (son frère)
PERRET Paul 18 ans cultivateur (son autre frère)
PERRET Pierre 35 ans ingénieur-chimiste (marié 2 enfants mineurs)
POCHARD Alfred 58 ans ouvrier d’usine (marié 4 enfants)
POCHARD Samuel 28 ans cultivateur (son fils)
SCHOENENBERGER André 28 ans instituteur
SURLEAU Georges 42 ans cultivateur (marié 2 enfants mineurs)
VILLEQUEZ Pierre 35 ans ouvrier d’usine (marié 1 enfant mineur)


Les morts étrangers à la commune
BOUTEILLER Pierre gendarme
• MILLET gendarme
RAULIN Léon gendarme
CROISSANT Henri cultivateur de Frédéric-Fontaine
VOISIN Raymond de Frahier, agriculteur
•. Albert X 16 ans, alsacien de Baldersheim près de Mulhouse
DEMANGE Louis d’Echavanne (marié 5 enfants)
GRASSET André de Lyon

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article199579, notice Chenebier (Haute-Saône), massacre dit d'Étobon, 27 septembre 1944 par Dominique Tantin, version mise en ligne le 28 janvier 2018, dernière modification le 17 décembre 2021.

Par Dominique Tantin

SOURCES : C. Perret, maire d’Etobon Les crimes du fascisme nazi Etobon village de terroristes, sans date, imprimerie Marcel Bon, Vesoul. — Site Internet. — Mémorial GenWeb

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément