PREISSLER Adolph

Par Ingrid Schiborowski

Né le 12 mars 1900 à Maffersdorf (aujourd’hui Vratislavice), Empire Austo-Hongrois [République Tchèque], 12 décembre 1985 à Hagenow (Allemagne de l’Est, RDA, Poméranie) ; volontaire en Espagne républicaine, militant communiste, interné en France.

Né à Maffersdorf (aujourd’hui Vratislavice) dans une famille ouvrière, Adolph Preissler grandit avec ses quatre frères et sœurs dans la zone textile de Reichenberg (aujourd’hui Liberec). Après la Première Guerre mondiale, Adolf Preissler n’avait plus que deux soeurs.
À l’âge de quatorze ans, Adolf Preissler commença à travailler dans une fabrique de tissus en tant qu’Andreher et devint membre de la SAJ (Socialist Workers Youth) et du syndicat. Au printemps 1918, il devint membre du Parti social-démocrate de Tchécoslovaquie.
En janvier 1921, il fut expulsé du Parti social-démocrate et du syndicat et perdit aussi son emploi. Comme souvent dans sa vie, il fut au chômage à cause de ses actions politiques.
En mars 1921, Adolf Preissler participa à la fondation de la section allemande du PCC (Parti communiste de Tchécoslovaquie) à Paulsdorfer Kolosseum. Il devint membre de la même année militant du Secours rouge.
À l’automne de 1921, il fut mobilisé dans l’armée.
De 1929 à 1936, il fut membre de la direction locale du PCC (responsable des questions de jeunesse). En 1936, Adolf Preissler était membre du conseil municipal de Ratschendorf.
En septembre 1936, Adolf Preissler se porta volontaire pour aller en Espagne. Avec 36 volontaires, 30 tchèques et 6 allemands, il se rendit rendu en décembre 1936 via Strasbourg, Paris, sud de la France en Espagne.
De décembre 1936 à mai 1937 il combattit dans le bataille Thälmann. Il fut blessé en février 1937 au Jarama. D’avril à mai 1937, il fut élève à l’École d’Officiers Pozo Rubio
et put ainsi devenir lieutenant de de juin à octobre 1938 de la 86e Brigade mixte de transports.
Fin janvier 1939, il passa la frontière vers la France et dut interné dans différents campsfrançais : Saint-Cyprien, Gurs et Le Vernet. Il s’engagea dans la Légion étrangère et y resta trois semainse à Agde France.
En 1941, il réussit à revenir à Ratschendorf (Radcice), mais arrivé chez lui il fut arrêté par la Gestapo puis emprisonné dans les prisons de Leipzig, Reichenberg, Tannwald, Kratzau et dans le camp de travail de la Gestapo Maltheuern. En 1942, il fut emmené au camp de concentration de Sachsenhausen. En avril 1945 il participa à la marche de la mort du camp de concentration Sachsenhausen à Schwerin.
Le 18 juillet 1945, Adolf Preissler retourna à Ratschendorf (Radcice) qu’il quitta en décembre 1945 et arriva à Boizenburg, zone d’occupation soviétique.
Le 31 décembre 1947, il épousa Hilde Ulbrich. Le couple eut cinq enfants.

Il mourut le 12 décembre 1985 à Hagenow.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article199790, notice PREISSLER Adolph par Ingrid Schiborowski, version mise en ligne le 4 février 2018, dernière modification le 4 février 2018.

Par Ingrid Schiborowski

SOURCE : Notes de Ingrid Schiborowski.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément