LAMBERT Émile

Par Michel Desrues, Magali Even

Né en 1910 à Évron (Mayenne), abattu le 26 juillet 1944 à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) ; boucher-charcutier ; résistant, membre des Francs-tireurs et partisans français (FTPF).

Marié et père d’un enfant, Émile Lambert résidait au 105 boulevard Mac Donald à Paris (XIXe arr.).

Peu avant le début de la guerre, Émile Lambert quitta son domicile d’Évron pour s’installer à Paris avec son épouse.

Engagé dans la résistance, il appartint en 1944 au maquis d’Ols, une importarte formation FTPF de l’ouest de l’Aveyron (Voir Vittori François-Antoine).

Le 24 juillet 1944, suite à de violents combats livrés par le maquis contre l’occupant, une colonne allemande forte de 400 hommes en encadrée par les SS arriva en renfort à Villefranche-de-Rouergue et barra toutes les routes d’accès.

Ignorant la situation, Émile Lambert et deux de ses camarades résistants furent arrêtés en soirée alors qu’ils tentèrent de regagner Villefranche, au retour d’une mission de ravitaillement.

Après quelques interrogatoires musclés, les 3 prisonniers furent emmenés le 26 juillet vers le Puech-de-Rivals (Aveyron), lieu de cantonnement du maquis le 24 juillet.

Trouvé vide de ses occupants, le refuge fut pillé et incendié. Émile Lambert et l’un de ses camarades (Paul Benne*) furent ensuite exécutés d’une balle de revolver dans la nuque au bois du Couati, à proximité de Villefranche, après avoir subi de sauvage tortures. Un troisième maquisard, Jean Toulouse* , fut fut mutilé de tous ses membres et sa tête fracassée..Un jeune paysan, Paul Phalippou* (ou Falipou) fut fusillé dans la vigne où il était en train de travailler.

Il obtint la mention "Mort pour la France".

Son nom figure sur les monuments aux morts d’Évron et de Villefranche-de-Rouergue. Il ne fut pas gravé sur le monument érigé à Sainte-Radegonde (Aveyron) sur les lieux dédié à l’ensemble de la "Résistance rouergate" et où figurent notamment les noms des maquisards tués au combat ou exécutés sommairement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article199872, notice LAMBERT Émile par Michel Desrues, Magali Even, version mise en ligne le 6 février 2018, dernière modification le 20 février 2018.

Par Michel Desrues, Magali Even

SOURCES : Christian Font, Henri Moizet, Construire l’histoire de la Résistance. Aveyron 1944, Rodez & Toulouse, CDDP Rodez, CDHIP Rodez, CRDP Midi-Pyrénées, 1997, 343 p. [p. 321]. — Notes d’André Balent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément