MALENFANT Charles

Par Pierre Baudrier

Propriétaire à Saint-Domingue progressiste, sous-inspecteur aux revues, colonel.

Le colonel Malenfant fut propriétaire à Saint-Domingue et délégué du gouvernement français à Surinam. Il se battit avec les Républicains contre les Anglais et fut fait prisonnier en 1794. Libéré, chargé de mission auprès de Toussaint-Louverture par le Directoire, il s’oppose à l’expédition de 1802, tombe en disgrâce. Leclerc fit débarquer deux sous-inspecteurs aux revues dont l’un, Malenfant, professait des opinions favorables aux noirs, de même que le capitaine Raudoux, ingénieur-géographe à la 43ème.
Plus précisément, Malenfant, né à Rennes, commanda les avant-postes des troupes du comte de Boutillier pendant les troubles de Saint-Domingue (1792), puis une compagnie de gardes nationaux dans la colonie (1793), joua entre les commissaires de la Convention, Polverel et Sonthonax, et la municipalité de Port-au-Prince, un rôle conciliateur. Blessé et transporté à la Jamaïque par les Anglais, il demeure prisonnier sur parole, grâce à la recommandation du marquis de La Rochejacquelein, inspecteur-général des biens et cultures séquestrés à Saint-Domingue an l’ IV, colonel-adjoint à l’état-major du général Moreau, dont il était seulement l’ami. Il se rallie le 3 avril 1814 aux Bourbons et est nommé sous-inspecteur aux revues à Rennes.
Malenfant avait écrit Des colonies, et particulièrement de celle de Saint-Domingue pour dissuader le gouvernement de la première Restauration de se lancer dans une nouvelle expédition contre Haïti. Le chapitre VII est intitulé Des Noirs parce que, dit-il, « je sais que rien n’affecte plus ces hommes que d’être appelés nègres par un blanc ». Le chapitre XII traite de Cayenne (qu’il connaît bien pour y avoir séjourné) et du Sénégal. Enfin, après avoir justifié l’émancipation des noirs au bout de 9 ans de servitude, il proposa son Code ou règlement de culture en 57 articles.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article200154, notice MALENFANT Charles par Pierre Baudrier, version mise en ligne le 16 février 2018, dernière modification le 17 février 2018.

Par Pierre Baudrier

ŒUVRE : Des extraits (Bruchstücke) de Des colonies sont publiés dans Bruchstücke aus den neuesten Schriften über St. Domingo, Minerva, Bd 2 (1815), S. 1-36. Malenfant y est prénommé « Albert M. ».

SOURCES : Histoire et Généalogie de la Caraïbe, n° 217, septembre 2008, pp. 5640-5641. — Gabriel Debien, "Auxerrois, Avallonais, Tonnerrois, Sénonais aux îles (XVIIIème et XIXème siècles)", Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 1975, pp. 27-51. — Claude Hohl, Les papiers du général Leclerc au musée Eckmühl, ibidem, pp. 173-188.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément