PETIT Raymond, Henri

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 3 mai 1926 à Paris (VIIIe arr.), mort au combat le 7 juin 1944 à Belan-sur-Ource (Côte-d’Or) ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Raymond Petit était le fils d’Albert Louis, maçon et de Joséphine Ducrocq, ménagère. Il était célibataire.
Il s’engagea en 1944 dans les Forces françaises de l’Intérieur (FFI) au maquis de la forêt de Châtillon.
Dès l’annonce du débarquement allié le 6 juin 1944, la mobilisation des maquis de la région fut décrétée. De nombreux maquisards se regroupèrent dans la forêt de Châtillon au lieu-dit de la "Grande Réserve". Il y eut rapidement 450 hommes rassemblés. Raymond Petit tomba à l’ennemi lors d’un engagement avec ce dernier le 7 juin 1944 à treize heures trente, à Belan-sur-Ource (Côte-d’Or).
L’acte de décès fut dressé le 10 juin 1944 sur la déclaration de Camille Vuillemier, cultivateur à Belan-sur-Ource.
Il est inhumé depuis 1986 dans le carré militaire au cimetière communal, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).
Il obtint la mention « Mort pour la France » portée sur l’acte de décès et fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).
Son nom figure sur le monument de la Résistance de la forêt de Châtillon, à Villiers-le-Duc (Côte-d’Or).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article200251, notice PETIT Raymond, Henri par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 21 février 2018, dernière modification le 17 juillet 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Le Monument de la forêt, Pays Châtillonnais. — Gilles Hennequin Résistance en Côte-d’Or tome IV, Dijon 1997. — Nombreux articles commémoratifs. — Mémorial GenWeb. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément