HELBRUNN Robert

Par Bernard Reviriego

Né le 22 mai 1929 à Strasbourg (Bas-Rhin), massacré le 26 juin 1944, à Cénac-et-Saint-Julien (Dordogne) ; victime civile d’origine juive.

Robert Helbrunn était le fils de Camille Helbrunn et de Rose Marx, il était domicilié à Cénac-et-Saint-Julien. Il n’avait pas quinze ans.
De la mi-juin à la mi-juillet la Résistance combattait efficacement des éléments du groupe de combat Wilde, détaché de la 11e panzer division, qui lançait des actions de répression contre la Résistance dans le département. Les Allemands subirent des pertes qui suscitèrent des opérations de représailles.
Le 26 juin 1944, quinze hommes, civils ou Résistants, dont lui-même, furent pris en otage, interrogés et brutalisés, et, pour certains, torturés, puis exécutés à Cénac-et-Saint-Julien.
Trois stèles ont été érigées. Deux furent placées sur le pont de Cénac-et-Saint-Julien où eurent lieu des exécutions, l’une au nom de Louis Desplat, résistant des FFI, surpris au cours d’une mission, torturé et fusillé, l’autre aux noms de Daniel Arazo Garcia et José Lopez Tomas, Résistants espagnols intégrés à un groupe FTP. Arrêtés à Montignac, conduits sur ce pont, ils furent fusillés et jetés dans la Dordogne. Leurs corps ne furent retrouvés que quelques jours plus tard, à La Roque-Gageac. La troisième stèle est située sur la route, ou côte de Domme, sous la barre de Domme, et elle porte onze noms : « Maurice Boutet, Fernand Emile Burg, Plana Riere Enrique, Jacques Hugo, Lucien Hugo, Quitana Pos Luis, Georges Raspaud, Louis Vidal, Jacques Marx, Lucien Marx, Robert Helbrun ». Une douzième victime fut tuée, on ignore son identité et elle n’est pas indiquée sur la stèle.
A Domme a été érigée une plaque au nom de Duerto Mendoza dit le Magno, ou El Mano, membre des FTP-MOI, qui, après avoir été blessé au combat, a été sorti de son lit de l’hôpital de Domme et fusillé dans cette commune le 27 juin 1944.
Le 28 juin, quatorze autres victimes, qui avaient été elles-aussi rassemblées dans un garage de Cénac-et-Saint-Julien, furent conduites vers les bords du Céou, au lieu-dit Pont-Carral, commune de Léobard (Lot), où elles furent exécutées. L’une des victimes a survécu à la fusillade. Une stèle a été élevée à l’Abbaye de Pont-Carral qui porte treize mentions, soit douze noms et un inconnu : « Jacques Vernhes, Louis Angevin, Etienne Bouchat, Mario Plett père, Mario Plett fils, Aurélio Plett, Jean Ribeyrol, Henri Meynardie, Maurice Lalande, Attilio Buniva, Edmond Weyler, François Kielcauski, un inconnu ».
La mention Mort pour la France lui a été attribuée.

Son nom figure sur la plaque commémorative des événements du 26 juin 1944 de Cénac-et-Saint-Julien aux côtés des noms de 10 autres victimes. Il figure aussi sur le monument commémoratif des victimes de la guerre de 39-45 de l’arrondissement de Sarlat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article200388, notice HELBRUNN Robert par Bernard Reviriego, version mise en ligne le 25 février 2018, dernière modification le 25 février 2018.

Par Bernard Reviriego

SOURCES : Registre d’état civil de Cénac-et-Saint-Julien.— Arch. dép. Dordogne, 1 W 1901-1 ; 1573 W 6 ; 14 J 20.— Serge Klarsfeld, Mémorial des enfants, p. 83.— Bernard Reviriego, Les Juifs en Dordogne, 1939-1944, Périgueux, Éditions Fanlac-Archives départementales de la Dordogne, 2003, p. 353.
http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/ Cote AC 21 P 93442. — http://sudwall.superforum.fr/t1654-la-11e-panzerdivision Alain Chazette.

Razac-sur-l’Isle (24430)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément