LATHUILIÉRE Arthur, Joseph

Par Daniel Grason

Né le 5 janvier 1903 au Creusot (Saône-et-Loire), mort le 15 février 1981 à Fontainebleau (Seine-et-Marne) ; ajusteur ; interné ; résistant du XVe arrondissement de Paris.

Arthur Lathuilière
Arthur Lathuilière

Fils de Philibert Lathuilière, manœuvre, et de Louise Chapuis, sans profession, Arthur Lathuilière obtint à l’issue de l’école primaire le CEP. Il effectua son service militaire à Melun en Seine-et-Marne. Marié à Lucienne Dufaure, le couple vivait 93 rue de l’Abbé-Groult à Paris (XVe arr.). Il exerçait la profession d’ajusteur aux usines Renault à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine).
Il fut arrêté le 2 juin 1942 vers 20 heures à son domicile par trois inspecteurs de la BS2, lors de la perquisition un disque été saisi. Emmené dans les locaux des Brigades spéciales à la Préfecture de police, interrogé il affirma qu’avant-guerre il n’avait jamais « eu d’activité pour le compte d’aucun parti politique. »
Depuis le début de la guerre : « Á plusieurs reprises toutefois, j’ai reçu des mains d’un camarade de travail […] le nommé Sézille de Mazancourt, un certain nombre de tracts de propagande communistes clandestins. » Il affirma avoir lu les tracts, puis les avoir détruits.
Les inspecteurs voulaient savoir s’il avait participé le dimanche 31 mai à la manifestation de la rue de Buci. Il répondit que la veille vers 21 heures Émile Sézille de Mazancourt était venu à son domicile. Il lui aurait dit : « qu’il avait une “ combine ” pour obtenir sans ticket des boîtes de conserves. Il m’a demandé si “ ça m’intéressait ”. » Arthur Lathuilière ayant répondu affirmativement, Émile Sézille de Mazancourt annonça qu’il viendrait le chercher le lendemain matin à 9 heures.
Tous les deux se retrouvèrent le dimanche 31 mai, se rendirent au métro Duroc. Ils y rencontrèrent Louise, épouse d’Émile et Raymonde, sœur de Louise et d’autres participants et participantes inconnus d’Arthur Lathuillière. Tous se rendirent en métro à la station Odéon, puis à la rue de Buci. En attendant l’ouverture de l’épicerie « Eco », Arthur Lathuilière alla jeter un coup d’œil sur l’étal des autres commerçants.
Revenant devant « Eco », les portes se fermaient. « J’ai entendu distinctement des cris, ainsi qu’un bruit que j’ai cru être le bruit de boîtes qui tombent à terre. Pris de doute, j’ai jugé opportun de ne pas insister davantage et de rentrer immédiatement à mon domicile. » L’après-midi le couple Lathuilière rendit visite au couple Sézille de Mazancourt, Émile informa « qu’un gars de ses amis avait été blessé et qu’un agent avait été tué. » Émile fit part qu’ « il s’était drôlement bagarré » dans le magasin. Arthur Lathuilière lui reprocha de l’avoir associé à cette initiative. Madeleine Vanden Branden confia « qu’elle avait participé à la projection des boîtes de conserves. »
Frappé par un ou plusieurs policiers, Arthur Lathuilière affirma « n’avoir jamais été en possession d’arme », et ne pas connaître « les individus qui en étaient porteurs. »
Lors d’un second interrogatoire, il disculpa son épouse de toute participation à l’initiative de la rue de Buci. Les policiers avaient en main un disque phonographe trouvés chez Lathuilière, étaient gravés sur la face A L’Internationale et sur la B La Carmagnole. Pour les policiers s’était la preuve qu’il était membre du Parti communiste. Il réfuta l’affirmation policière.
Incarcéré, il comparut le 25 juin 1942 avec vingt autres prévenus devant le Tribunal d’État qui prononça cinq condamnations à mort dont celle d’Henri Meunier. Arthur Lathuilière a été condamné à vingt ans de travaux forcés, et autant d’interdiction de séjour.
Emprisonné dans différentes prisons de la Région parisienne, ilbéré lors de la Libération, Arthur Lathuilière a été homologué Interné résistant (DIR) au titre de la Résistance intérieure française (RIF).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article200513, notice LATHUILIÉRE Arthur, Joseph par Daniel Grason, version mise en ligne le 12 mars 2018, dernière modification le 14 mars 2019.

Par Daniel Grason

Arthur Lathuilière
Arthur Lathuilière

SOURCES : Arch. PPo. PCF carton 13 rapport hebdomadaire des Renseignements généraux du 12 juin 1942, BA 2056, GB 098. – Bureau Résistance GR 16 P 341035. — État civil.

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 182

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément