CLAMAMUS Gaston, Gilbert

Par Jacques Girault

Né le 19 juillet 1906 à Paris (XVIIIe arr.), exécuté le 26 août 1944 à Bobigny (Seine, Seine-Saint-Denis) ; employé communal ; militant communiste.

Gaston Clamamus, dont la fille ignore s’il a été baptisé, était fils de Jean-Marie Clamamus*, comptable et futur maire de Bobigny. Il obtint le certificat d’études primaires en 1918, puis la capacité en droit. Il fut incorporé le 10 novembre 1926 dans l’armée française du Rhin (dans le train des équipages) ; nommé brigadier le 13 mai 1927, il fut libéré le 17 avril 1928. Il devint commis auxiliaire à la mairie de Bobigny à compter du 7 avril 1928, puis stagiaire, le 1er janvier 1930, enfin titulaire le 1er juillet 1930. Il était membre du syndicat des ouvriers communaux. Il devait devenir commis principal le 1er juillet 1936.

Marié à Bobigny en décembre 1933 avec une employée de bureau, née en 1912, ils eurent une fille.

Gaston Clamamus adhéra aux JC en 1921 puis au PC. Militant communiste, Clamamus, en juin 1929, devint responsable de « l’Aube artistique balbynienne ». Plus tard, il animait une troupe de la Fédération des théâtres ouvriers de France, « Les Blouses bleues ». Il était surnommé « Haricot vert » de son nom de théâtre. J. Clamamus paraissait particulièrement intéréssé par le travail théâtral comme le montre le dossier sur la 1re Olympiade internationale du théâtre révolutionnaire de masse établi par « les Blouses bleues » (CRCEDHC, 540 1 64). Il y indiquait que le groupe se forma en 1924 mais deviendra membre de la FTOF (Fédération du théâtre ouvrier de France) en 1931. Organisé sur la base de Bobigny le groupe disposait d’un local où il répétait deux fois deux heures chaque semaine et d’une camionnette pour les déplacements en particulier en province. Il jouait tous les samedis soirs et participait à toutes les manifestations politiques ou révolutionnaires ouvrières. Il était composé de 18 membres dont 11 se produisirent à l’Olympiade. Huit étaient communistes organisés (quatre JC et trois PC) - Gaston Clamamus présentait le répertoire de cette « troupe d’agitation-propagande » : quatre chœurs chantés (l’Anti-fasciste, la Jeune Garde, En Avant, la Carmagnole), un chœur parlé d’agitation par des ouvriers métallurgistes, une satire du cinéma bourgeois et deux saynètes sur la politique impérialiste française et sur la Campagne de Pré-olympiade. Le répertoire était écrit soit par la FTOF, soit collectivement par le Groupe. Celui-ci présenta également une pièce « La Rupture » de Lavrinieff, jouée quatorze fois.

Selon des témoignages, il y eut, en 1935, dans le Parti communiste à Bobigny des discussions sur l’opportunité ou non que le fils du maire soit employé à la mairie.

La Voix de l’Est, le 12 février 1937, publiait une information : « Gaston Clamamus et deux de ses collègues du groupe artistique « Regards » se sont engagés dans les rangs des républicains espagnols ». Il fut ambulancier. Selon le même journal, le 2 juillet 1937, son épouse présidait la section de Bobigny de l’Union des Jeunes filles de France. Selon la fille de l’intéressée, elle n’appartenait pas au Parti communiste.

Gaston Clamamus, mobilisé le 8 septembre 1939, après un séjour en Syrie, fut démobilisé, le 1er novembre 1940.

Clamamus avait suivi l’évolution de son père qui s’était éloigné du Parti communiste tout en restant à la tête de la commune. Il devint chef du service du ravitaillement le 1er novembre 1941. Son attitude pour les cartes d’alimentation fut critiquée. Le 28 avril 1942, il fut victime d’un attentat qui le blessa grièvement à la mâchoire. En janvier 1943, il figurait avec son père comme « traîtres et provocateurs » sur la « liste noire des espions, traîtres, renégats, suspects et agents de la Gestapo » publiée par le Parti communiste.

Gaston Clamamus fut « exécuté » dans un verger, route de Groslay. Son épouse porta plainte ; l’enquête ne donna pas de résultats. En 1961, sa famille fit transférer son cercueil du cimetière de Bobigny à celui de Saint-Léger-les-Vignes (Nièvre).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20053, notice CLAMAMUS Gaston, Gilbert par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 4 février 2018.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. com. Bobigny. — Sources orales. — Renseignements fournis par la fille de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément