BALBASTRE Gérard

Par Michel Gorand

Né le 6 aout 1949 à Alger (Algérie) ; délégué du personnel cadres (1978-1983) ; membre du bureau du CCE-SNCF (1984-1987) ; membre du secrétariat national des cheminots CFDT (1986-1992) ; membre du bureau national de l’UCC-CFDT (1987-1993) ; secrétaire général de la FGTE-CFDT (1995-2000) ; responsable du secteur international « Transports » de la FGTE (1993-2000) ; maire-adjoint PS à Meulan (Yvelines) (1992-2000).

Fils de Charles Balbastre, salarié agricole puis surveillant de prison et de Liliane Scrivat, son épouse. Gérard Balbastre, l’aîné d’une famille de cinq enfants, obtint son bac philo à Nimes et une licence de sciences économiques en 1971 à Montpellier, puis il enseigna pendant deux ans en coopération au Bénin.

Embauché à la SNCF en décembre 1974 comme attaché III au CCR (comptabilité et contrôle des recettes) rattaché à la direction commerciale marchandises, il adhéra à la CFDT en 1976. Il fut élu délégué du personnel pour les cadres, en février 1978, au Contrôle des recettes voyageurs, à l’Inspection comptable, puis réélu aux élections de 1981 ; il fut ensuite élu, dans le collège cadres, au comité d’entreprise (CE) du Contrôle des Recettes Voyageurs, en décembre 1983. A partir de janvier 1984, date de la mise en place du premier comité central d’entreprise (CCE) de la SNCF, il siégea au bureau du CCE, au titre de trésorier adjoint ; ces mandats (CE et CCE) lui furent renouvelés en octobre et novembre 1985. Pendant l’année 1985, il participa, avec Bernard Catelan pour la CFDT, aux négociations sur le transfert des activités sociales aux CE-CCE, qui eut lieu le 1er janvier 1986.

Gérard Balbastre, Bruno Dalberto et Michel Soguero, tous trois siégeant pour la CFDT au bureau du CCE, furent élus au secrétariat des cheminots CFDT le 15 avril 1986, le secrétaire général étant Michel Gorand..
Balbastre fut réélu au secrétariat lors de l’assemblée générale des syndicats de cheminots le 17 octobre 1986 à Lamoura et élu secrétaire général adjoint des cheminots CFDT, le secrétaire général étant Yves Tasserie. Il était responsable du secteur international des cheminots (1986-1992) ; il fut membre du bureau national (BN) de l’Union confédérale des ingénieurs et cadres UCC-CFDT de 1987 à 1993.

Lors du 5ème congrès de la Fédération générale des Transports et de l’Equipement (FGTE-CFDT), d’avril 1989 à Port-Leucate (Aude), il fut élu au secrétariat national FGTE-CFDT et continua à siéger au secrétariat national des cheminots CFDT ; il était, en même temps, secrétaire général de l’Union fédérale des cadres cheminots (UFC-CFDT) et il fut réélu à ce poste lors de l’AG des cheminots, Maitrise et Cadres, à Cajarc (Lot) en mai 1990. Il fut élu à l’exécutif FGTE-CFDT comme trésorier en avril 1992, en remplacement de Gérard Boussac détaché dans un organisme ministériel.

Lors du 6ème congrès de la FGTE en mai 1993 à Cauterets (Hautes-Pyrénées), il fut réélu au secrétariat national et à l’exécutif FGTE comme secrétaire adjoint chargé de la trésorerie et du secteur International « Transports » ; à l’occasion du conseil fédéral du 2 février 1995, il fut élu secrétaire général de la FGTE pour remplacer Michel Pernet qui renonçait au poste pour raison de santé. Après la grève unitaire de fin décembre 1995 contre le plan Juppé de réformes sociales, la FGTE réunit une assemblée générale de ses syndicats, le 6 janvier 1996, laquelle demanda un congrès confédéral extraordinaire ; cette demande fut rejetée à 82% par le conseil confédéral du 24 janvier, ce qui entraîna le départ, de la CFDT, de syndicats et de militants cheminots qui créèrent Sud-Rail à la SNCF.

Balbastre fut réélu au poste de secrétaire général lors du 7ème congrès de la FGTE-CFDT tenu à Chambéry en novembre 1996 ; il conserva la responsabilité du secteur international « Transports » ; il ne se représenta pas au congrès suivant en mai 2000 à La Bresse (Vosges) où Claude Debons fut élu secrétaire général.
Gérard Balbastre reprit du service à la SNCF, comme directeur délégué TER à Nantes d’avril 2000 à février 2003 puis à Lille, d’avril 2003 à septembre 2005. Il démissionna de la CFDT fin 2003. Il prit sa retraite de cheminot le 30 septembre 2005 à Conques-sur-Orbiel (Aude).

Pendant sa retraite il fut président du Secours catholique de l’Aude de 2005 à 2012 et administrateur national, et aussi directeur puis président de la radio locale RCF pays d’Aude (radio chrétienne francophone) de 2005 à 2017. Il assure toujours diverses responsabilités dans l’Église de l’Aude.

Adhérent au Parti Socialiste de 1976 à 2004, il fut secrétaire de la section PS de Meulan (78) de 1983 à 1990. Il se présenta aux élections municipales de Meulan en 1977, sur une liste « Union de la gauche » qui ne fut pas élue. Il se présenta à nouveau en 1983, tête de liste « Union de la gauche », et fut élu d’opposition (dose de proportionnelle à partir de 1983). Een 1989 il se présenta à nouveau et fut à nouveau élu d’opposition ; après annulation, de nouvelles élections eurent lieu en 1992 et la liste de gauche l’emporta et il en fut de même en 1995. Il fut élu maire-adjoint, chargé des finances jusqu’à mars 2000, date de sa mutation professionnelle à Nantes. Il demeura adhérent au PS à Nantes de 2001 à 2003 puis à Lille de 2003 à 2005. En 2006, il ne renouvela pas son adhésion au PS pour des raisons de déontologie (compatibilité avec la responsabilité de la radio).

Marié à Marie-Andrée Ormières en 1972 ; ils ont trois enfants et trois petits enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article200594, notice BALBASTRE Gérard par Michel Gorand, version mise en ligne le 4 mars 2018, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Michel Gorand in L’Histoire de la fédération des cheminots CFTC puis CFDT depuis février 1918, Créteil, 2016. — Notes de Michel Rousselot. —Correspondance avec l’intéressé (2018).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément