Sanilhac (Ardèche), 21 avril 1944

Par Pierre Bonnaud, Dominique Tantin

Dix otages furent exécutés en représailles à une embuscade de la Résistance.

Dix otages avaient été extraits de la citadelle de Pont-Saint-Esprit dans le Gard et de l’hôtel Pottier de Viviers en Ardèche (où sévissaient les tortionnaires de la 8e compagnie Brandebourg) suite à une embuscade tendue le 16 avril 1944 par le détachement FTP Salomon, à proximité de Sanilhac, qui avait fait cinq morts dans les rangs allemands.
Les représailles furent ordonnées par la Kommandantur de Privas. Des hommes furent rapidement arrêtés au Teil dont six cheminots : Henri Boyer, Arsène Chauvière, Louis Lacrotte, Gaston Perrassi, Louis Reinaud et Joseph Vernet. Le 21 avril, les six hommes furent conduits au siège de la Sipo-SD à l’hôtel Pottier à Viviers et torturés, des sévices qui provoquèrent la mort d’Henri Boyer. Cinq autres détenus vinrent s’ajouter aux cheminots. Les dix otages furent exécutés au lieu-dit Les Flancs du Roure, non loin du lieu de l’embuscade.
Les photographies prises par les RG des corps des dix otages fusillés en représailles à Sanilhac (au Plan de Roure) le 21 avril 1944 furent publiées dans L’Ardèche martyre en 1946. À cette date huit victimes étaient identifiées.
En 1982, Louis-Frédéric Ducros revint sur les événements et publia une liste complète en indiquant les origines géographiques des otages fusillés :
Arsène Chauvière (Le Teil)
Fernand Coulomb ( Pont-Saint-Esprit)
Louis Lacrotte ( Le Teil)
Salomon Lévy (Avignon)
Albertine Maurin (Bourg-saint-Andéol)
Maurice Meyer (Montélimar)
Gaston Pérassi ( Le Teil)
Louis Reinaud ( Le Teil)
Georges Triollet en fait Trollier (Annemasse)
Joseph Vernet ( Le Teil)
Il reste à déterminer les motifs exacts pour lesquels ces otages avaient été arrêtés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article200651, notice Sanilhac (Ardèche), 21 avril 1944 par Pierre Bonnaud, Dominique Tantin, version mise en ligne le 6 mars 2018, dernière modification le 17 mai 2021.

Par Pierre Bonnaud, Dominique Tantin

SOURCES : A. Demontès, L’Ardèche martyre, Largentière,1946. — Louis-Frédéric Ducros, Montagnes ardéchoises dans la guerre, t.III, Valence, 1982( p. 297).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément