CLAUDEL André

Par Marie-Louise Goergen

Né le 1er juin 1920 à Saint-Étienne-lès-Remiremont (Vosges) ; employé, chef de groupe, puis sous-chef de bureau ; résistant, déporté ; syndicaliste CGT et communiste de Meurthe-et-Moselle.

Fils unique d’un ouvrier du textile qui devint contremaître en 1928 et d’une ouvrière du textile qui fut ensuite commerçante, André Claudel grandit dans un environnement militant, car ses parents étaient membres du Parti communiste à partir de 1920. Après l’école primaire, il fut élève au lycée Henri-Poincaré de 1932 à 1939, date à laquelle il eut son baccalauréat B (mathématiques élémentaires). Il entra en classe préparatoire jusqu’à la guerre. Durant ses années d’études, il s’engagea dans un mouvement de jeunesse lycéenne antifasciste.
En septembre 1940, André Claudel rejoignit la Résistance, tout en travaillant comme instituteur en octobre et novembre 1940. Il fut membre du groupe Gauthier qui organisa des évasions de prisonniers et le recrutement de Français libres. Il fut arrêté le 18 novembre 1940, condamné à mort le 6 février 1941, puis gracié et condamné à dix ans de réclusion. Déporté en Allemagne en mai 1941, il ne rentra en France qu’en mai 1945.
En novembre de la même année, il entra à la SNCF à la gare de Pont-Saint-Vincent (Meurthe-et-Moselle), puis fut muté comme attaché groupe VI dans les services administratifs au dépôt de Blainville (Meurthe-et-Moselle) en juillet 1946. Nommé employé principal en 1947, puis chef de groupe au dépôt de Frescaty près de Blainville en 1956, il accéda en 1971 au grade de sous-chef de bureau.
En 1947, il avait adhéré à la CGT et au PCF. Délégué CGT du personnel des services administratifs, André Claudel fut également secrétaire du syndicat des cheminots CGT de Blainville de 1955 à 1968 au moins.
Il fut également secrétaire de la section PCF de Nancy (Meurthe-et-Moselle) en 1953, secrétaire de la section de Blainville en 1956-1957, secrétaire de la section de Damelevières (Meurthe-et-Moselle) en 1966, puis à nouveau secrétaire de la section de Blainville en 1968. Il fit partie du bureau de la fédération PCF de Meurthe-et-Moselle de 1949 à 1956, du comité fédéral de 1957 à 1959, puis à nouveau du bureau fédéral jusqu’en 1975.
Il était maire de Damelevières de 1959 à 1969. À plusieurs reprises, il fut candidat aux élections cantonales (canton de Bayon), législatives et sénatoriales.
Marié en 1949 avec une employée de la SNCF, veuf depuis 2001, André Claudel était père de deux fils, respectivement éducateur spécialisé et cadre supérieur à France Télécom, et de deux filles, l’une professeur de mathématiques, l’autre chef de service en éducation spécialisée.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20080, notice CLAUDEL André par Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 14 septembre 2020.

Par Marie-Louise Goergen

SOURCES : Arch. comités fédéraux du PCF. — Renseignements communiqués par le militant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément