SIMON René, Célestin, Aldric

Par Jean Simon

Né le 26 février 1906 à Bolbec (Seine-inférieure), mort le 28 août 1993 à Petit-Quevilly (Seine-Maritime) ; cheminot ; syndicaliste CGT, coopérateur.

René Simon, enfant adultérin, eut une entrée de vie brutale. Il subit quelque peu les reproches de sa mère Léontine. Une scolarité difficile qui se passait mal avec sa maîtresse d’école. Les maîtres étaient au front. Il souffrait d’énurésie et était puni assez souvent.
Mais il avait l’amour de son père, ouvrier d’usine puis ouvrier boulanger ;, et de ses grand-parents paternels éleveurs de bovins.
Placé dans une ferme dès l’âge de treize ans, ouvrier (filature et tissage du coton),
garçon de café au bar du Petit Moulin à Rouen, il devint homme d’équipe à la Compagnie des Chemins de Fer de l’Ouest, chef-aiguilleur 2e classe à la SNCF de 1934 à 1961, manœuvre et homme de confiance aux Ets Viel à Petit-Quevilly, une petite entreprise de mécanique générale et de chaudronnerie. Il fut militant CGT, président d’une section locale des Coopérateurs de Normandie, sympathisant communiste.

En 1943 , il fut envoyé en Allemagne dans le cadre du STO, à Erfurt en Thuringe comme cheminot requis STO mais profita d’une permission pour ne pas repartir.
Réfractaire, clandestin, il participa à la défense passive.
Toujours militant de la CGT, gréviste en 1936, 1953 et 1968, il admirait Martial Spinneweber et Tony Larue.
Collecteur" de timbres CGT, président d’une section de clients des COOP, il fut aussi président d’une section de l’Union des vieux de France à Petit-Quevilly.

Hyper actif, travaillant en 3x8 il pouvait de bricoler pour des particuliers et faciliter l’achat d’une maison en cité.
Marié trois fois, soupe-au-lait et ouvert aux autres, il avait des amis cheminots ou un couple de biffins quasi-clochards durant les années d’après-guerre.

Lecteur, amateur d’opérettes et de films mélodramatiques. Une chanson fétiche : Le costaud de la Lune.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article201047, notice SIMON René, Célestin, Aldric par Jean Simon, version mise en ligne le 23 mars 2018, dernière modification le 14 juin 2020.

Par Jean Simon

SOURCES : Souvenirs recueillis. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément