WENDREY Emily, veuve CLÉMENT

Par Annie Pennetier

Né le 5 mai 1856 à Bath (Royaume-Uni), morte le 21 janvier 1941 à la Kommandantur de Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) suite aux tortures ; résistante.

Fille de Henri Wendrey et de Marie Michel, Emily Wendrey était domiciliée chez son fils André, villa Ty Brao, 1 chemin du Bois Haligand à Nantes, quartier de Chantenay (Loire-Inférieure). Le couple André et Paule Clément (née Labruguière le 28 novembre 1887) hébergeait Honoré d’Estienne d’Orves et ses compagnons résistants du réseau Nemrod.
De retour à Nantes, le 20 janvier, Honoré d’Estienne d’Orves s’installa à nouveau chez les Clément qui lui firent part de leur inquiétude au sujet du comportement suspect de Georges Geissler dit Marty, quartier-maître radiotélégraphiste. Honoré d’Estienne d’Orves décida alors de renvoyer son radio à l’occasion du prochain voyage à Londres, mais il était trop tard. Dans la nuit du 21 au 22 janvier, les Allemands envahirent la demeure à Chantenay-sur-Loire. Après avoir résisté, Honoré d’Estienne d’Orves fut menotté et conduit avec ses compagnons à Angers (Maine-et-Loire). Suite à un interrogatoire de sept jours, Emily Wendrey veuve Clément décéda à la Kommandantur de Nantes le 28 janvier 1941.
Paule et André Clément furent condamnés à mort puis leur peine commuée en quinze ans de réclusion se transforma en déportation.
Paule Clément déportée NN, détenue dans diverses prisons allemandes revint de déportation en mai 1945.
Emprisonné à Fresnes, Honoré d’Estienne d’Orves écrivit :
« M. et Mme Clément, chemin du Bois-Haligand, Nantes-Chantenay (ces deux-là sont encore en prison).
Tous ces gens m’aiment bien. Je ne pourrai pas leur dire adieu. J’ai eu une certaine responsabilité dans les malheurs qui ont fondu sur eux, et qu’ils ont tous acceptés avec une grandeur d’âme admirable. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article201310, notice WENDREY Emily, veuve CLÉMENT par Annie Pennetier, version mise en ligne le 4 avril 2018, dernière modification le 16 octobre 2021.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Arch. mun. Nantes, 34 W 40 . — Jean-Pierre Sauvage, Xavier Trochu, Mémorial des victimes de la persécution allemande en Loire-Inférieure 1940-1945, 2001, p. 70 .—AFMD Loire-Atlantique.— Mémoire des hommes, recherche infructueuse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément