VANETTI César

Par Jean-Pierre Besse, Michel Thébault

Né le 3 janvier 1893 à Bastia (Haute-Corse), mort en prison par suicide le 17 mars 1944 à Chaumont (Haute-Marne) ; garagiste à Chaumont ; résistant réseau ACTION D et BOA (FFC-BCRA).

César Vanetti ou Vannetti (les deux orthographes apparaissent dans les différents actes officiels) était né en Corse. Son ascendance reste imprécise, son registre matricule (en ligne) indique seulement pupille de la Seine-et-Oise. Au recrutement de la classe 13 à Auxerre (Yonne) il était domestique de culture à Annay-sur-Serein (Yonne). Incorporé le 27 novembre 1913 au 89ème Régiment d’Infanterie sans doute à Sens (Yonne), il participa dans la continuité au premier conflit mondial. Il fut blessé le 6 septembre 1914 lors de la bataille de la Marne. Un temps en service auxiliaire, il fut renvoyé au front dans l’infanterie, puis en octobre 1917 versé dans le 15ème escadron du Train. Il termina la guerre dans cette arme, où il se forma vraisemblablement à la mécanique et passa son permis de conduire. En effet démobilisé le 10 janvier 1919, il fut ensuite toujours présenté comme chauffeur-mécanicien puis garagiste. Résidant d’abord à Marseille puis à Billancourt en 1949, il déménagea à Saint-Michel-de-Maurienne où il se maria le 10 juillet 1920 avec Félicie, Anne Guigaz (née le 25 novembre 1894). Au début des années 30, la famille vint s’installer à Chaumont (Haute-Marne) demeurant au garage Gambetta, rue Emile Jolibois. En 1936, César Vanetti était garagiste boulevard Thiers.
Il s’engagea dans la Résistance en mai 1943 rejoignant le Réseau Action D du BCRA. En janvier 1944, deux groupes chaumontais, dont le réseau Action, furent démantelés. Ils étaient accusés d’avoir détruit, la nuit de Noël 1943, la grue de 50 tonnes du dépôt SNCF de Chaumont, et d’avoir réceptionné un parachutage d’armes sur le terrain de la ferme Fragneix, près de Treix. César Vanetti fut arrêté le 15 janvier 1944 et incarcéré avec une vingtaine d’autres résistants à la Maison d’Arrêt de Chaumont, rue du Val Barizien. De premiers suicides eurent lieu en prison, dont celui de Lucien Febvay du même réseau le 29 février.
Le 8 mars 1944 un grand procès hors fut organisé au Palais de justice de Chaumont. Le tribunal, présidé par le colonel Luyken, commandant la Feldkommandantur 769, jugea 18 résistants. 16 dont César Vanetti furent condamnés à mort. Ce dernier préféra le 17 mars 1944, veille de l’exécution se suicider dans sa cellule alors que sa condamnation à mort venait d’être suspendue, en même temps que celles de quatre autres résistants qui seront déportés. Les 11 autres résistants chaumontais condamnés à mort furent fusillés le 18 mars 1944 à l’aube.

César Vanetti obtint la mention mort pour la France et le statut Interné-Résistant (DIR).Il fut homologué à titre posthume sous-lieutenant FFI. Son nom est inscrit à Chaumont sur le monument aux morts et sur la plaque commémorative de la mairie.
Son épouse Félicie Vanetti, née Guigaz, également arrêtée, fut déportée par le transport parti de Paris le 12 juin 1944 vers Ravensbrück. Elle fut libérée en mai 1945. Elle est décédée le 11 avril 1984.
Après la guerre, une rue fut nommée "Félicie et César Vannetti" à Chaumont.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article201319, notice VANETTI César par Jean-Pierre Besse, Michel Thébault, version mise en ligne le 3 avril 2018, dernière modification le 13 décembre 2020.

Par Jean-Pierre Besse, Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. Yonne (registre matricule) — SHD Vincennes GR 16 P 585515 et SHD Caen AVCC Notes AC 21 P 170531 (à consulter) — site internet des Français Libres — Mémoire des Hommes — Notes Jean-Pierre Besse — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément