COLIN Jean

Par Michel Gorand

Né le 4 février 1942 à Saint-Martin-Boulogne (Pas-de-Calais), mort le 3 novembre 2005 à Amiens (Somme) , cheminot CFDT ; secrétaire général de l’UPR-CFDT (1980-1982) ; élu au conseil d’administration de la SNCF (1983-1993) ; membre du secrétariat des cheminots CFDT (1983-1993).

Jean Colin entra à la SNCF en 1957 comme élève Exploitation. Il était secrétaire général de l’Union professionnelle régionale (UPR-CFDT) de Lille dès 1980. Après les élections professionnelles de mars 1981, il fut désigné comme délégué suppléant du collège Maîtrise, pour siéger au comité mixte professionnel (CMP) du Transport et Commercial. Au début de l’année 1982, il siégea dans le groupe de travail tripartite (ministère-direction-organisations syndicales) sur la thématique « Définition du service public et champs d’activité de la SNCF », pour la préparation de la loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI) de fin 1982.

Lors des premières élections, le 17 février 1983, pour désigner les 6 représentants du personnel, (dont 1 cadre) au conseil d’administration (CA) de la SNCF, Jean Colin, 1er de la liste présentée par la CFDT, fut élu, la liste ayant obtenu plus de 25% des voix. Lla CFDT avait, en novembre 1982, contesté les conditions d’attribution du siège « cadres » et la méthode de calcul fut modifiée pour les élections suivantes. L’installation du conseil d’administration de la SNCF eut lieu le 24 février 1983 par Pierre Mauroy, Premier ministre, en présence de Charles Fiterman, ministre des Transports.

Jean Colin fut élu au secrétariat des cheminots CFDT lors de l’assemblée générale du 20 mai 1983 à Saint-Pol-sur-Mer (Nord) ; le secrétaire général étant Michel Gorand. Le 26 mai suivant, il fit partie de la délégation nationale des cheminots CFDT reçue par le ministre des Transports, Charles Fiterman, pour la préparation du Contrat de plan. Lors des élections du 2 février 1988 pour le CA de la SNCF, Jean Colin fut réélu, ainsi que Jeannot Zaoui ; la liste CFDT ayant obtenu 26% des voix et 2 élus. Lors de ses deux mandats au CA-SNCF, Jean Colin avait voté contre les deux contrats de plan entre l’État et la SNCF, en 1985 et en 1990, car les cheminots « allaient chèrement payer le redressement financier de la SNCF ».

À partir de 1990, il présida la commission des marchés du CA tout en participant à la commission « Finances et plan ». Il ne se représenta pas aux élections de 1993 et fut affecté à la direction de la Stratégie de la SNCF jusqu’à sa retraite.

Lors de l’assemblée générale (AG) des cheminots CFDT à Lamoura (Jura) le 17 octobre 1986, il fut élu au secrétariat des cheminots, le secrétaire général étant Yves Tasserie, puis il fut réélu lors de l’assemblée générale des cheminots du 28 avril 1989 à Port-Leucate (Aude).

Il prit sa retraite en février 1997 ; il était adhérent à l’AHICF (Association de l’Histoire des Chemins de fer). Adhérent au PS, il fit partie du groupe socialiste d’entreprise d’Arras en 1982.

Marié, il avait deux enfants. Veuf, remarié en 1985.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article201448, notice COLIN Jean par Michel Gorand, version mise en ligne le 6 avril 2018, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Michel Gorand

SOURCES : Arch. CFDT. — Michel Gorand in L’Histoire de la fédération des cheminots CFTC puis CFDT depuis février 1918, Créteil 2016. — Correspondance 2018 avec Anne-Marie, sa veuve.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément