RICHARD Henri, Marie, Joseph

Par Annie Pennetier

Né le 14 août 1920 à La Chevallerais (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), fusillé après condamnation à mort le 29 juin 1944 au château de La Bouvardière, commune de Saint-Herblain (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) ; mécanicien ; résistant FFI, maquis de Saffré (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique).

Henri RICHARD
Henri RICHARD

Fils de Henri Richard et de Marie Eugénie Lejaroux, cultivatrice à La Civelais, commune de Blain (Loire-Atlantique), Henri Richard était domicilié à Blain. Il était célibataire, et il travaillait comme mécanicien.
Henri Richard se porta volontaire au sein des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) du 1er au 28 juin 1944 et rejoignit le maquis de Saffré, à quarante kilomètres au nord de Nantes. Ce maquis, formé à la mi-juin dans la forêt, regroupait environ trois cents combattants sans expérience, dans l’attente d’un parachutage d’armes. Mais celui-ci fut retardé et l’occupant, renseigné et épaulé par des agents français de la Gestapo, notamment Jacques Vasseur, put localiser et cerner le maquis. Le 28 juin 1944 au matin, Deux millle soldats allemands, épaulés par des miliciens, donnèrent l’assaut, tuant treize maquisards et en capturant trente-cinq, parmi lesquels Henri Richard.
Les captifs furent transférés à la prison Lafayette de Nantes, puis le lendemain au château de La Bouvardière, un quartier de Saint-Herblain, où siégeait le tribunal militaire allemand. Avec vingt-six de ses camarades, Henri Richard fut condamné à mort le 29 juin 1944 comme « franc-tireur » par le tribunal militaire de la Feldkommandantur 518 de Nantes. Ils furent exécutés sur place le jour même vers 23h. Henri Richard tomba sous les balles du peloton le 29 juin 1944 à 23 h 43.
Les 27 cercueils restèrent dans le parc du château de la Bouvardière la nuit du 29 au 30 juin 1944 puis furent amenés au cimetière de La Chauvinière à Nantes dans l’après-midi du 30 où les corps des fusillés furent inhumés de manière anonyme (ils furent identifiés, dès le mois de septembre grâce au Bureau des cimetières de la ville de Nantes).
Reconnu "Mort pour la France" le 26 février 1945, il a été homologué interné résistant et FFI. La médaille de la Résistance lui fut décerné par décret du 24 avril 1946, publication au JO, 17 mai 1946.
Son nom est gravé sur les monuments aux morts de Blain et de La Chevallerais ainsi que sur la plaque commémorative du maquis à Saffré, dans l’oratoire construit auprès du monument commémoratif.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article201843, notice RICHARD Henri, Marie, Joseph par Annie Pennetier, version mise en ligne le 15 avril 2018, dernière modification le 15 octobre 2021.

Par Annie Pennetier

Henri RICHARD
Henri RICHARD

SOURCES : DAVCC, SHD Caen, AC 21 P 530861. — Arch. Dép. Loire-Atlantique, 305 J 3. — SHD, Vincennes, GR 16P 509457 (nc). — Acte de décès. — Jean-Pierre Sauvage, Xavier Trochu, Mémorial des victimes de la persécution allemande en Loire-Inférieure 1940-1945, Nantes, 2001. — MémorialGenWeb. — Site Internet Mémoire des Hommes.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément