WOLF Aron

Par Bernard Reviriego

Né le 22 mars 1918 à Strasbourg (Bas-Rhin), massacré le 19 mai 1944 à Saint-Germain, commune de Villemotier (Ain) ; rabbin (à titre posthume) ; résistant.

Aron Wolf
Aron Wolf
cette image dont nous ignorons l’auteur accompagne l’article d’André Chouraqui (cf sources) sur le site du judaïsme alsacien.

Aron Wolf était le fils de Moïse Wolf et de Sarah Rhein, époux de Blina Brand, née le 4 janvier 1923 à Kolbuszowa. Il fit ses études secondaires à Strasbourg, participant en même temps à la mise sur pied de l’antenne locale des Éclaireurs Israélites de France (EIF), puis il partit en Lituanie étudier à la Yeshiva de Mir (aujourd’hui en Biélorussie). Il revint en France en 1939. Il effectuait son service militaire lorsqu’il fut mobilisé alors que la Seconde Guerre mondiale éclatait. Il fut démobilisé en mars 1941. Il était domicilié à Périgueux (Dordogne), 2 rue Aubergerie puis 29 rue Taillefer. Il quitta cette ville pour Clermont-Ferrand le 22 octobre 1941. En avril 1941, il était entré au Séminaire Israélite de France replié à Chamalières afin de poursuivre ses études théologiques. À l’automne 1943, le Séminaire israélite fut expulsé du Puy-de-Dôme et s’installa à Lyon (Rhônes), où Aron prit un logement, 15 quai de Serin. Durant l’été 1942, le Grand rabbin Maurice Liber, qui dirigeait le Séminaire, lui confia la charge d’aumônier du camp de cadres des Éclaireurs israélites. Wolf prit aussi part à la Résistance et il s’engagea dans un corps franc du mouvement résistant lyonnais France d’abord (réseau Brutus ?) dirigé par son ami le rabbin Samy Klein, fusillé en 1944. Il était connu sous le nom de Walmot.
Par ailleurs, au cours de l’été 1941, les EIF et le Consistoire Israélite Central avaient décidé la création de plusieurs chantiers ruraux, c’est-à-dire des organisations rurales qui donnaient à des jeunes Juifs une formation agricole pour le retour à la terre, un fond d’éducation et de culture juive, un refuge et un lieu de passage pour certains jeunes en attente. Aron Wolf fut instructeur des Eclaireurs Israélites à la ferme-école de Lautrec (Tarn). Plus tard, une fois par semaine, il donna des cours de religion à des jeunes, pour la plupart des anciens éclaireurs, dans la ferme-école de Saint-Germain près de Villemotier, dans l’Ain. Cette dernière fut ouverte en mars 1942 et elle disposait de 30 hectares de terre. Par moments, il y avait plus de 30 personnes qui y séjournaient avec une dizaine de permanents qui exploitaient sérieusement tout en maintenant un niveau culturel grâce à Aron Wolf. Après la rafle du Vel’ d’Hiv en juillet 1942, la ferme aurait hébergé de jeunes enfants dont les parents avaient été déportés et que la "Sixième", organe clandestin des EIF, essayait de faire passer en Suisse.
Au début de 1944, la situation était devenue de plus en plus périlleuse et la direction clandestine des groupes ruraux décida leur dispersion. Mais la petite équipe restée à Villemotier remit de semaine en semaine l’abandon de la ferme. Lors d’une assemblée générale dramatique, Georges Meyer (23 ans), le responsable du groupe, demanda l’auto-dissolution du chantier rural et sa dispersion, lui-même étant affecté à un préventorium en Haute-Savoie pour convoyer des enfants juifs à la frontière Suisse. La majorité vota la dissolution, mais un petit groupe demanda à rester sur place. C’est au cours d’une des visites à Saint-Germain d’Aron Wolf que survint alors le drame : le 19 mai 1944 dans la matinée, une colonne allemande, venant de Verjon, passa à Villemotier. Quelques camions se détachèrent du groupe et se firent conduire à la ferme de Saint-Germain. Dès leur arrivée, les nazis tirèrent sur le personnel qui cherchait à fuir et abattirent trois jeunes gens : Aron Wolf (24 ans) aurait été abattu à la mitrailleuse tandis qu’il tentait de s’enfuir, Jean Schwab (34 ans) et Raphaël Horowitz (16 ans) furent fusillés en même temps ou bien en début d’après-midi. Les Allemands s’emparèrent aussi de 4 personnes résidant à la ferme et ils en abattirent deux dans l’après-midi : Roger Meyer et Charles Cwang. Charles Cwang (18 ans) s’était glissé sous un tas de colza, mais il avait déposé ses sabots en vue, ce qui permit aux Allemands de le repérer. Il présenta sa fausse carte d’identité, de même que Roger Meyer (22 ans). Ils arrêtèrent également Paul Strauss (24 ans) et sa compagne, Berthe Menela, enceinte de huit mois, arrêtée sous le faux nom de Béatrice Michel, tous deux à l’intérieur des bâtiments. Ils furent dirigés vers la prison Montluc à Lyon. Berthe Menela fut libérée le lendemain. Paul Strauss fut déporté à Auschwitz par le convoi 76 du 30 juin 1944. Seule une personne échappa aux Allemands lors de l’opération. Caché dans un ruisseau, Jacques Frances finit par se réfugier à l’Abbaye Notre-Dame des Dombes.

Aron Wolf reçut l’attribution de la mention Mort pour la France.

Son nom, et celui des autres victimes, est inscrit sur une plaque commémorative, sur les lieux mêmes des événements, à la Ferme Saint-Germain, à Villemotier.
Une salle de la synagogue de la Paix de Strasbourg porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article201874, notice WOLF Aron par Bernard Reviriego, version mise en ligne le 16 avril 2018, dernière modification le 11 décembre 2020.

Par Bernard Reviriego

Aron Wolf
Aron Wolf
cette image dont nous ignorons l’auteur accompagne l’article d’André Chouraqui (cf sources) sur le site du judaïsme alsacien.

- Aron Wolf. La Sortie d’Égypte chez les Prophètes. Etude inédite, 1943.
- Aron Wolf. Traduction partielle du Sentier de rectitude de Moïse Haim Luzzato. Presses universitaires de France, Paris, 1956.
- Moses Chayyim Luzzato. Le sentier de rectitude. Traduction par Aron Wolf et Jean Poliatschek. Préface de Georges Vajda. Paris, 1956.

SOURCES : Registre d’état civil de Villemotier (Ain). — Arch. dép. Dordogne, 1573 W 6 ; fichier des allocataires réfugiés à Périgueux.— Bernard Reviriego, Les Juifs en Dordogne, 1939-1944, Périgueux, Éditions Fanlac-Archives départementales de la Dordogne, 2003, p. 493-494.
Sites internet sur Aron Wolf consultés le 16 avril 2018 :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Aron_Wolf
historique de Jean Levy https://www.villemotier.fr/decouvri...
http://judaisme.sdv.fr/histoire/shh...
historique d’André Chouraqui http://judaisme.sdv.fr/histoire/rab...

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément