GUINAMANT Yves, Marie

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 4 août 1910 à Plusquellec (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; tué au combat le 3 août 1944 à Mégrit (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; employé à la SNCF en gare de Mégrit comme facteur d’enregistrement ; sergent FFI.

Yves Guinamant était le fils de François Guinamant et de Marie Guyader. Il épousa à Anne Derrien qui donna naissance à Achille. Le couple demeurait à la gare de Mégrit.
Il était facteur enregistrant au chemin de fer à Broons (Côtes-du-Nord). Dans les jours qui précédèrent la Libération du département des Côtes-du-Nord du 1er au 18 août 1944, les troupes allemandes cherchèrent à se mettre en sécurité dans les grandes bases navales qu’elles occupaient à Brest (Finistère) et à Lorient (Morbihan). Subissant le harcèlement de la Résistance, elles se livrèrent à des crimes commis sans objectif militaire, tuant de paisibles gens au travail dont le seul tort fut d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Ce fut durant cette période que près de 50% des 700 victimes recensées dans le département furent abattues, massacrées.
Yves Guinamant faisait partie d’un maquis installé le 14 juillet 1944 dans la forêt de Bourgneuf en Mégrit sous les ordres de Roger Dupuy « Durany ».
Le 3 août 1944, vers 17h, avec son groupe il sortit du Bois du Château-des-Vaulx sur le territoire de la commune de Mégrit. Yves Guinamant fut repéré par un militaire allemand de faction en haut du clocher de l’église et fut abattu de plusieurs balles dont une en pleine tête, qui le tua sur le coup. Yves Guinamant avait 34 ans.
Il obtint la mention « Mort pour la France » apposée sur son acte de décès et fut homologué au grade de sergent des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Il reçut la Croix de guerre à titre posthume.
C’est la famille de Couessin qui prit l’initiative d’élever une stèle en dehors du cimetière. A la demande de son fils, Achille, la stèle fut placée par la municipalité de Mégrit dans le cimetière La stèle d’Yves Guinamant, cimetière de Mégrit, son nom figure également sur La plaque des quatre cheminots en gare de Broons. Une rue de Mégrit porte le nom d’Yves-Guinamant.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202006, notice GUINAMANT Yves, Marie par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 5 juillet 2018, dernière modification le 19 mai 2021.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor 2W158. – dossier SHD GR 16 P 280178 (nc).— Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944, Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n°10 (2004) et n°11 (2005).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément