MORELLEC Jean, Marie

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 14 octobre 1887 à Kergrous en Duault (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; brûlé vif par les Allemands le 12 juin 1944 à Duault ; cultivateur ; civil.

Jean Morellec était le fils de Jean Louis Morellec, laboureur et de Marie Françoise Mourique, ménagère. Il épousa Ursule Le Gall, le couple s’installa à Guernhir en Duault.
Du 6 au 10 juin 1944, d’importants largages de parachutistes SAS et d’armes furent effectués autour la forêt de Duault afin de mettre en place la base Samwest.
Entre le 9 et le 12 juin 1944, 31 civils furent arrêtés dans le sud-ouest du département par des militaires allemands et martyrisés à l’école catholique des garçons de Callac (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor).
Le 11 juin 1944, après s’être égarés, des militaires allemands arrivèrent à Kerhamon en Duault (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor), 14 FFI, FTP et parachutistes SAS se trouvèrent dans la ferme de Pierre Le Guilloux, après un bref échange de coups de feu les allemands prirent la fuite sans subir de perte.
Le lendemain lundi 12 juin 1944, les militaires allemands revinrent en convoi -environ 300 hommes-, un combat s’engagea avec les maquisards FFI, les FTP et les parachutistes SAS, au cours des affrontements 2 FTP de la compagnie "Tito", 5 parachutistes SAS et 3 civils furent tués au combat ou assassinés ainsi que 42 militaires allemands.
Le fait d’avoir perdu de nombreux hommes lors des combats les opposant aux FFI, FTP et parachutistes SAS à Kerhamon et à Guernhir en Duault le 12 juin 1944, poussa sans doute les militaires allemands à se venger en arrêtant de paisibles civils innocents au hasard des rencontres dont le seul tort fut de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.
Cinq fermes furent incendiées et complètement détruites, deux à Kerhamon et trois autres à Guernhir, les 2 villages étant distants de 700m.
Les Allemands arrivèrent à la ferme tenue par Jean-Marie Morellec, ils incendièrent sa maison. Jean Morellec voulu y retourner malgré l’incendie pour y récupérer son mobilier, il y fut brûlé vif, il y aurait été précipité par les Allemands. C’est dans cette ferme que Valentin Tydou fut arrêté le même jour.
Jean Morellec avait 57 ans, son nom figure sur Le monument de Kerhamon en Duault.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202033, notice MORELLEC Jean, Marie par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 6 juillet 2018, dernière modification le 23 juin 2022.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément