CADOT Alphonse, Marie

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 15 avril 1905 à Angers (Maine-et-Loire) ; abattu le 3 août 1944 une patrouille de soldats russes de l’armée allemande à Plourhan (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) ; FFI.

Fils de Jean, Baptiste Cadot, mineur et de Marie, Désirée Barbin, domestique, originaire de Saint-Herblon (Loire-Inférieure ; Loire-Atlantique).
Alphonse Cadot fut reconnu par son père le 12 février 1906, il épousa Emilienne, Eugénie, Marguerite Macé le 30 décembre 1929 à Kerfot. Veuf il se remaria à Anne Le Goff, le couple demeura à Saint-Quay-Portrieux (Côtes-du-Nord ; Côtes d’Armor) et eut trois enfants.
Dans les jours qui précédèrent la Libération du département des Côtes-du-Nord du 1er au 18 août 1944, les troupes allemandes cherchèrent à se mettre en sécurité dans les grandes bases navales qu’elles occupaient à Brest (Finistère) et à Lorient (Morbihan). Subissant le harcèlement de la Résistance, elles se livrèrent à des crimes commis sans objectif militaire, tuant de paisibles gens au travail dont le seul tort fut d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Ce fut durant cette période que près de 50% des 700 victimes recensées dans le département furent abattues, massacrée.
Le 3 août 1944, vers 22h, de retour d’une mission, Alphonse Cadot fut arrêté par une patrouille de soldats russes enrôlés dans l’armée allemande qui le blessèrent grièvement de deux balles tirées à bout portant.
Il fut ensuite traîné jusque devant son domicile, rue du Maréchal Joffre, à Saint-Quay-Portrieux où il fut massacré devant sa famille. Son corps fut retrouvé après la Libération au cantonnement des soldats russes à l’Épine-Habet en Plourhan.
Alphonse Cadot avait 39 ans, son nom figure sur La plaque située 20 rue de l’adjudant chef Cadot en Saint-Quay-Portrieux, une rue de Saint-Quay-Portrieux porte son nom.
.
Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202241, notice CADOT Alphonse, Marie par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 7 juillet 2018, dernière modification le 5 janvier 2021.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

SOURCES : Arch. Dép. Côtes d’Armor, 2W236. – Archives de l’ANACR. – Alain Prigent et Serge Tilly, L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les Lieux de Mémoire, Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, n° 10 (2004) et n° 11 (2005).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément