ROUX Marius, Pierre, Léon

Par Alain Martinot

Né le 22 mai 1920 à Bessèges (Gard), tué le 21 août 1944 au pont de Sampzon (Ardèche) ; résistant, membre des Forces françaises de l’Intérieur.

Célibataire, Marius Roux, inspecteur de la police nationale, fut révoqué par l’État français alors qu’il fut en service au commissariat spécial de la gare de Vichy. Aspirant FFI, il cantonna avec d’autres FFI au château de Logères à Joannas (Ardèche). Le 21 août 1944, avec deux camarades Jean Bigi, ancien adjudant de l’armée de l’air, et Marcel Meyer, secrétaire comptable de l’escadron de la garde en garnison à Largentière (Ardèche) il quitta en voiture Joannas. Arrivés au pont de Sampzon, ils furent arrêtés par des soldats allemands et mongols. Ce détachement ennemi en retraite interrogea, fouilla sans ménagement et plus encore confisqua tous les moyens de locomotion et de transport.
Les trois jeunes FFI furent placés face à un mur. Jean Bigi et Marcel Meyer furent exécutés et mutilés. Marius Roux tenta de s’enfuir mais il fut blessé alors qu’il traversait l’Ardèche à la nage.
Découvert dans une vigne, il fut frappé avec sauvagerie et achevé. Son corps nu, la mâchoire inférieure détachée, n’a été retrouvé que trois jours plus tard, ce qui explique que son acte de décès ne soit dressé que le 26 août.
Il obtint ma mention « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202277, notice ROUX Marius, Pierre, Léon par Alain Martinot, version mise en ligne le 25 avril 2018, dernière modification le 16 septembre 2020.

Par Alain Martinot

SOURCES : Mémorial de l’oppression.— Mémorial de la Résistance en Ardèche.— Etat Civil Sampzon

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément