BRETEAU Geneviève puis ALEXANDRE Geneviève [ née LANNOY Geneviève]

Par Jacques Defortescu

Née le 13 janvier 1947 à Le Havre (Seine-Maritime, morte à Lillebonne (Seine-Maritime) le 12 juillet 2012 ; militante syndicale CGT et politique PCF de la région havraise.

Geneviève Alexandre en 2006

Geneviève Lannoy, née au Havre, avait deux frères et une sœur. Son père Maurice Lannoy était ajusteur à la Compagnie générale transatlantique. Militant syndical à la CGT, il fut membre du Comité central d’entreprise de la Compagnie générale transatlantique.
Geneviève Lannoy après avoir passé un Brevet de secrétariat et de comptabilité, rentra à la Compagnie Générale Transatlantique en 1963. Elle se maria le 4 juin 1964 avec Jean-Claude Breteau lui-même chaudronnier à la Compagnie générale transatlantique, militant communiste, secrétaire de la section Havre Sud-Est du PCF. Ils eurent un enfant, Eric né en 1972.
Geneviève Breteau adhéra à la CGT dès son embauche à la Compagnie Générale Transatlantique en 1963. Elle fut élue déléguée du personnel à la Compagnie Générale Transatlantique. Elle adhéra au PCF en 1969. Après avoir suivi une école fédérale du PCF en 1972, elle devint conseillère municipale du Havre en 1977.
À l’occasion de la campagne électorale de 1977, la première chaine de télévision avait prévu un débat entre les deux têtes de listes, le maire sortant André Duroméa -PCF, PS, PSU, MRG) et Antoine Rufenacht. Une enquête publiée le 17 janvier 1977 dans la perspective de ces élections, à la veille du débat public, détermina le profil type de « Madame Le Havre », soit une femme de 25 à 35 ans, mariée et mère de famille, qui travaillait dans les milieux portuaires et habitait les quartiers populaires de la ville. Sur ces critères, elle Geneviève Breteau fut sélectionnée. Elle gagnait alors 2117 F par mois, soit à peine plus que le salaire annuel moyen d’un ouvrier manœuvre (2014 f/mois)
C’est aussi à cette époque et pour une courte période que Geneviève Breteau devint membre du bureau fédéral du PCF de Seine-Maritime.
La liste conduite par André Duroméa fut élue dès le 1er tour avec 60.87 % des voix, Geneviève Breteau fut Conseillère municipale du Havre.
En janvier 1978, une sombre affaire de double facturation des indemnités mutuelles de la Compagnie Générale Transatlantique ou elle travaillait, vient assombrir les fonctions syndicales, professionnelles et politiques de Geneviève Breteau. Elle démissionna alors de la Compagnie Générale Transatlantique et démissionna en même temps du conseil municipal et du comité fédéral du PCF suite à un problème familial.
Elle divorça de Jean Claude Breteau et se remaria quelques années plus tard avec Jack Alexandre.
Elle reprit le contact dans les années 2000 avec le comité de chômeurs de Lillebonne. Commença alors une nouvelle vie militante, élue à la commission exécutive de l’Union départementale CGT 76 et au bureau de l’Union locale Cgt de Lillebonne/ Gravenchon, elle fut également membre du comité national des chômeurs CGT. Elle s’investit également dans la formation syndicale dans son union locale.
Elle fut colistière de Nicolas Beaussart lors des élections municipales de 2008 à Lillebonne. Élue conseillère municipale elle siégeait au sein de la commission solidarité et santé de la Ville Lillebonne.
Atteinte d’un cancer, elle décéda le 13 juillet 2012. Ses camarades lui rendirent hommage avec moult drapeaux au crématorium d’Yvetot le mardi 17 juillet 2012. Conformément à son souhait, la dispersion de ses cendres auprès de son mari Jack décédé peu de temps auparavant d’une crise cardiaque, eut lieu au Jardin des souvenirs du cimetière de Lillebonne, l’après-midi.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202370, notice BRETEAU Geneviève puis ALEXANDRE Geneviève [ née LANNOY Geneviève] par Jacques Defortescu, version mise en ligne le 28 avril 2018, dernière modification le 9 juillet 2021.

Par Jacques Defortescu

Geneviève Alexandre en 2006

SOURCES : Jean Claude Breteau, Nicole Delaunay, Union Locale CGT de Lillebonne, . — Marie-Paule Dhaille-Hervieu, Communistes au Havre . – Histoire Sociale, culturelle et politique (1930-1983), édition URH, 2010. – État-civil Lillebonne. Archives du PCF Section du Havre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément