DANCYGER Sarah

Par Daniel Grason

Née le 1er mars 1898 à Plousk (Pologne), morte à une date inconnue ; cartonnière ; victime de l’antisémitisme ; déportée à Auschwitz (Pologne).

Fille de Yortiz et de Laya, née Braun, mère de Paula Buchmann, Sarah Dancyger vivait depuis 1934 au 29 rue Chapon à Paris (IIe arr.). Elle a été interpellée le 9 avril 1943 vers 17 heures par trois inspecteurs du « Rayon juif » lors d’un contrôle d’identité dans la rue où elle habitait.
Sa fille Paula Buchmann âgée de dix-neuf ans avait été interpellée la veille, pour « activité communiste » par des inspecteurs des Brigades spéciales. Emmenée à la Préfecture de police, fouillée par une femme policière, elle ne portait aucun objet ou document suspect. Sarah Dancyger était inconnue des différents services de police.
Le gouvernement de Vichy avait promulgué le 3 octobre 1940, un statut des juifs qu’il aggrava le 2 juin 1941. Une ordonnance allemande du 29 mai 1942 était rendue publique le 1er juin, à compter du dimanche 7 juin 1942 le port de l’étoile jaune était rendue obligatoire. Or, Sarah Dancyger ne portait pas l’étoile jaune.
Internée au camp de Drancy sous le matricule 4957, Sarah Dancyger a été déportée le 7 octobre 1943 dans le convoi n° 60 à destination d’Auschwitz (Pologne). Le convoi comptait mille déportés (hommes et femmes), 491 furent gazés à l’arrivée, 340 hommes et 169 femmes ont été sélectionnés, et envoyés dans une chambre à gaz. Quand l’armée Soviétique libéra le camp le 27 janvier 1945, il ne restait que 31 survivants dont 2 femmes.
Sarah Dancyger a été homologuée épouse Wilman Ruchla Rachel, membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Le nom de Sarah Dancyger a été gravé sur le mur des noms au Mémorial de la Shoah 17 rue Geoffroy-l’Asnier à Paris (IVe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202501, notice DANCYGER Sarah par Daniel Grason, version mise en ligne le 29 avril 2018, dernière modification le 15 février 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. GB 125. – Bureau Résistance GR 16 P 155980. – Dominique Rémy, Les lois de Vichy, Éd. Romillat, 1992. – Site internet CDJC.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément