MALEMPRÉ Hubert.

Par Freddy Joris

Ensival (aujourd’hui commune de Verviers, pr. Liège, arr. Verviers), 13 novembre 1849 – 28 mai 1917. Ouvrier textile, militant de la Première Internationale, anarchiste dans la région verviétoise, frère de Jean et Toussaint Malempré.

Tisserand, Hubert Malempré est cité par la police comme étant parmi les meneurs de l’Internationale en 1873. Au début de 1879, alors que celle-ci va vers sa fin à Verviers, il assume l’édition du journal, Le Mirabeau.

Treize ans plus tard, Hubert Malempré figure parmi la quinzaine de militants anarchistes verviétois en 1892 et habite alors Hodimont.

Les frères cadets d’Hubert Malempré, Toussaint et Jean, sont également des militants actifs du mouvement ouvrier régional, le second devenant conseiller communal puis député du Parti ouvrier belge (POB) de l’arrondissement de Verviers. Hubert participe au Congrès du Parti en 1890 en tant que délégué du Cercle populaire d’Ensival et du cercle L’Espérance de Wegnez, et au Congrès d’avril 1898 à Verviers, qu’il préside en tant que représentant du Cercle populaire d’Ensival.

En octobre 1898, Hubert Malempré est condamné par le tribunal correctionnel de Verviers à une amende ou à cinq jours de prison et à 500 francs de dommages pour calomnie envers le commissaire de police d’Ensival. Mais il se pourvoit en cassation, avec l’aide des avocats socialistes Edmond Picard et Léon Hennebicq, avec pour argument d’avoir été jugé à tort au tribunal correctionnel alors qu’il aurait dû comparaître devant le tribunal de police. Son pourvoi est rejeté par la Cour de Cassation en janvier 1899, ce qui indigne le journal Le Peuple. La Cour d’appel de Liège confirme le jugement tout en réduisant légèrement la peine de prison, en mars 1899. Plusieurs journaux conservateurs (Le Patriote, Le National, La Gazette de Liège, La Meuse) commentent cette décision en confondant sciemment Hubert avec son frère Jean en parlant de la condamnation « d’un ancien député socialiste ». Ce dernier porte plainte à son tour pour diffamation et obtient réparation (des dommages de la part de chaque journal assigné et la publication du jugement) fin 1900.

Hubert Malempré est marchand de journaux au moment de son décès durant la Première Guerre mondiale.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article202608, notice MALEMPRÉ Hubert. par Freddy Joris, version mise en ligne le 3 mai 2018, dernière modification le 15 juillet 2021.

Par Freddy Joris

SOURCES : Le Patriote, 27 mars 1899, 30 mars 1899 et 10 décembre 1900 – La Gazette de Liège, 27 mars 1899 – Le National, 27 mars 1899 – La Meuse, 27 et 30 mars 1899 – La Réforme, 17 novembre 1900 – Renseignements d’état-civil et sur le procès fournis par M. François André (CGSP) en mai 2020 – JORIS F., Pierre Fluche et le mouvement ouvrier verviétois sous Léopold II, Tubize-Bruxelles, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément